Égypte: quand la vente du pharaon Toutankhamon relance le débat de la restitution des œuvres culturelles

TAB Group Business
Partagez ceci :

Alors que la Coupe d’Afrique des Nations bat son plein dans le pays, les égyptiens sont de plus en plus en rogne depuis quelques jours. La cause est liée à la vente de la tête du pharaon Toutankhamon, par la maison Christie’s. Une mise aux enchères estimée à plus de 4 millions de livres sterling (4,5 millions d’euros).


De quoi nourrir la colère des égyptiens qui estiment que la pièce a été dérobée. Une pièce, dont les autorités exigeaient la restitution. Ils étaient nombreux à vouloir empêcher la vente de cette œuvre vieille de plus de 3000 ans, mais hélas.


Malgré les manifestations et slogan selon lequel « L’histoire égyptienne n’est pas à vendre», la tête du pharaon Toutankhamon, sera finalement adjugé à 4,7 millions de livres (5,3 M€) par une personne dont le nom reste inconnu, rapporte l’AFP. L’œuvre représenterait le dieu Amon sous les traits de « l’enfant pharaon », qui a accédé au trône à neuf ans.


« J’espérais que la vente soit annulée » déplorait ainsi l’une des protestataires, Magda Sakr. Cette dernière, « bouleversée » estime que l’œuvre « devrait être dans un musée, pas au domicile de quelqu’un ».


Les autorités égyptiennes après ce cuisant échec promettent s’activer pour le rapatriement d’œuvres actuellement exposés dans les musées européens. « Le gouvernement prendre toutes les mesures nécessaires pour récupérer les antiquités égyptiennes qui ont quitté l’Égypte illégalement », a déclaré le ministère égyptien, d’après notre source.

Il faut souligner que beaucoup de pays tel que la France et l’Allemagne se sont engagés à restituer les œuvres culturelles au pays africains, mais jusqu’alors aucun pas n’a été franchi.