Accueil / A la Une / Gabon : torturé dans la prison centrale de Libreville, un Béninois meurt (photo)

Gabon : torturé dans la prison centrale de Libreville, un Béninois meurt (photo)

Partagez ceci :

Thomas Glokpon, un ressortissant béninois de 54 ans, détenu depuis 2007 dans la prison centrale de Libreville, est décédé le 8 octobre 2021. Un décès survenu suite aux actes de tortures que les gardiens lui auraient infligées depuis le 15 septembre 2021. La victime était accusée d’avoir dissimulé du chanvre indien au sein de ce centre pénitentiaire.

L’association « SOS Prisonniers Gabon » qui est monté au créneau a saisi la ministre de la Justice pour l’ouverture d’une enquête pouvant élucider les circonstances de sa mort, renseigne le site Triomphe Mag.

La même source indique que c’est le 2è décès intervenu à la prison civile de Libreville en moins d’un mois. 

L’association présidée par Lionel Ella Engonga, révèle par ailleurs que le ressortissant béninois aurait également reçu «des coups de manches à pelle [et] des coups de câbles électriques».

Après ces actes relevant clairement de la torture, «il a été mis en cellule d’isolement, menotté, avec interdiction de recevoir la visite des proches et interdiction de communiquer au téléphone du service social de la prison. […] Après avoir passé plusieurs jours en isolement, dans des conditions inhumaines, et sans soins médicaux, Thomas Glokpon en est sorti visiblement, très amorphe.  À ce moment, il n’a pas non plus vu de médecin. Le vendredi 8 octobre, il s’est réveillé très tôt, comme à ses habitudes, pour aller faire sa toilette. Et c’est en traversant la cour du 2e quartier qu’il s’est écroulé, perdant connaissance» pour ne plus jamais se réveiller, raconte SOS Prisonniers Gabon.

Dans un courrier adressé à la ministre de la Justice, Erlyne Antonella Ndembet Damas, l’association interpelle également le membre du gouvernement sur la nécessité de garantir un accès systématique aux services de santé pour tous les prisonniers.

un détenu béninois est mort en prison



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »