Home / A la Une / « J’avais oublié que l’aéroport guinéen est français », Salif Keita humilié à l’aéroport de Conakry

« J’avais oublié que l’aéroport guinéen est français », Salif Keita humilié à l’aéroport de Conakry

Partagez ceci :

En Guinée pour des concerts, la star planétaire malienne Salif Keita a subi une humiliation à son arrivée à l’aéroport de Conakry. « Le cheval blanc » a confié le 30 décembre ne pas être surpris. Il impute cet incident à son combat panafricaniste.

C’est lors d’un point de presse tenu le lundi que les médias guinéens ont été informés de la scène qui s’est déroulée à l’aéroport de Conakry. Par Salif Keita, en personne !

« J’ai eu une petite histoire en rentrant en Guinée. Quand je suis arrivé à l’aéroport, ce n’est pas moi qui ai voulu aller au salon d’honneur. On m’y a amené. Tout de suite, il y a eu quelqu’un qui n’a pas voulu que j’y rentre. On m’a foutu dehors », relate le chanteur.

« Ce n’est pas un problème », d’après Salif Keita qui estime que « l’aéroport guinéen n’est pas guinéen, il est français. 99 ans de contrat avec la France, il n’est pas guinéen », renchérit-il.

Loin de se sentir humilié, il se dit « fier » et affirme qu’il n’allait jamais partir au salon d’honneur sachant que l’aéroport de Conakry était sous contrat avec la France.

Depuis une vidéo dans laquelle il invite le président IBK à se débarrasser de la France au Mali, l’ambassadeur de la musique mandingue multiplie les sorties dénonçant l’impérialisme.

En Guinée, il a réaffirmé sa volonté de continuer dans ce sens. « Je suis un africaniste. Je pouvais avoir plusieurs nationalités. J’aurais pu être français, américain, norvégien, suisse, canadien. J’ai refusé », a-t-il indiqué.

L’artiste âgé de 70 ans assure être « prêt à mourir pour l’Afrique », tout en comptant sur la jeune génération pour reprendre le flambeau.

Avec malivox.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »