La cohésion sociale doit l’emporter sur le terrorisme au Burkina Faso

Partagez ceci :

Les attaques terroristes auxquelles le Burkina Faso fait face depuis 2015 sont la cause de beaucoup de dégâts matériels et notamment d’importantes vagues de déplacés internes. La cohésion sociale est mise à mal mais le gouvernement s’implique à renverser la tendance.

Selon les gouverneurs et hauts commissaires du pays, les conflits et crises communautaires sont les armes des terroristes pour mettre dos à dos les populations. Pour Antoine Atiou, porte-parole des gouverneurs, il est urgent de « voir comment adopter des stratégies innovantes pour gérer cette crise et ce conflit, à défaut de les prévenir ».

A cet effet, le gouvernement et ses représentants se sont retrouvés autour de la table de discussion pour mener des réflexions par rapport aux solutions à mettre en œuvre pour garantir la cohésion nationale.

Le Premier ministre burkinabé, Christophe Dabiré, indique par ailleurs qu’une stratégie nationale de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent est en cours d’élaboration. « Le plan d’action, s’il est prêt, va être adopté, et nous allons déployer les moyens pour que la cohésion sociale puisse être à l’ordre du jour des entretiens que nous aurons avec l’ensemble des leaders d’opinion sur le terrain » ; a-t-il déclaré.

Par ailleurs, une équipe interministérielle et des leaders de la société civile effectueront des tournées de sensibilisation sur la question de la cohésion sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *