Accueil / A la Une / Mali: l’opposition soupçonne IBK de vouloir frauder les élections

Mali: l’opposition soupçonne IBK de vouloir frauder les élections

Partagez ceci :

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle au Mali, le camp du candidat de l’URD, Soumaila Cissé, le principal challenger du président sortant, remet en cause la fiabilité du fichier électoral.

Des soupçons qui risquent d’entacher la sérénité de l’ensemble du processus qui a pourtant bien démarré, avec à la clé une campagne électorale apaisée.

A en croire RFI, l’opposition dénonçait notamment des incohérences entre le fichier électoral audité par les experts internationaux et le fichier mis en ligne sur le site de la DGE.

« Pour nous, il est impossible d’aller au scrutin avec un fichier pareil», a avertit l’ancien chef de la diplomatie malienne qui entend ainsi montrer l’ampleur des «irrégularités qu’ils ont relevés», a déclaré vendredi Tièbilé Dramé, le directeur de campagne du candidat de Soumaila Cissé.

Selon ses explications, rapportées par Afrique La Tribune, il a été constaté que le fichier officiel publié sur le site internet de la Délégation générale aux élections (DGE) diffère de celui qui a été audité par les experts commis par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

D’après la même source, le fichier publié comporte plusieurs anomalies notamment des doublons, des centres de vote et des bureaux de vote fictifs ou des électeurs sans photo d’identification.

A cela, s’ajoute le fait que sur les 8.000.462 électeurs déclarés dans le fichier audité, celui publié par la DGE fait état de 8.105.654 électeurs.

C’est au total 1.241.574 électeurs « potentiellement fictifs» qui ont été recensés selon Tièbilé Dramé, pour qui «la responsabilité du gouvernement est engagée ». Le directeur de campagne du candidat Soumaila Cissé a fait savoir que « tous les faits cités ont été portés à la connaissance du Chef du gouvernement », ajoutant par la même occasion  «qu’une correction du fichier publié s’impose avant toute élection».

Au niveau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), l’on soutient que le seul fichier électoral utilisé pour imprimer les cartes d’électeurs est bel et bien celui audité par les experts internationaux.

Tentative de fraude ou erreurs techniques ? Une réunion est prévue dans les prochains jours par la direction générale de l’élection (DGE) avec les partis politiques et les observateurs internationaux.

Ils seront au total 24 candidats à se soumettre au verdict des urnes le 29 juillet prochain au cours d’un scrutin auquel ont été appelés plus de 8 millions d’électeurs.

Candidat pour la troisième fois à un scrutin présidentiel, rappelle Afrique La Tribune, Soumaila Cissé, ancien ministre et ex président de la Commission de l’UEMOA, est le challenger le plus en vue du président IBK qu’il a déjà affronté en 2013.

Cette fois, il compte sur le bilan qu’il qualifie de «désastreux» particulièrement sur le plan sécuritaire, du premier mandat du président sortant pour prendre sa revanche.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »