Accueil / Affaires / Musa Darboe: il quitte un poste d’ingénieur aux USA pour la riziculture en Gambie

Musa Darboe: il quitte un poste d’ingénieur aux USA pour la riziculture en Gambie

Partagez ceci :

Musa Darboe a grandi dans un milieu rural. Ce fils d’un grand fermier gambien, a vécu au cours de son enfance dans les rizières de la région Central River. Les activités du petit Musa se résumaient à aux champs de riz. Une expérience qui lui a permit de connaitre la valeur de la production une fois grand.

Dans la famille de Musa, le Riz est la principale source de revenu. Grace à cette culture, le père de famille a pu financer les études de ses enfants et d’autres membre de la grande famille. A chaque saison, la famille de Musa constituait une importante réserve de riz.

« Économiquement, tout provenait du riz. Nous en consommons et nous en vendons aussi. Nous n’avons jamais eu à acheter du riz », indique Musa qui se souvient également que c’est chez son père que les autres agriculteurs venaient trouver les matériels agricoles.

Musa est un vrai battant. En 2000, le jeune gambien arrive aux Etats Unis d’Amérique. Il va trouver un bon boulot d’ingénieur chez Verizon Wireless avec un salaire annuel 85000 dollars, une femme et des enfants. Le décès de son père va tout remettre en cause. La famille peine à pérenniser l’héritage et reste désormais dans la difficulté.

Musa Darboe voit son quotidien chamboulé un jour quand un de ses frères restés au village, l’appelle pour lui demander de l’argent pour payer du riz.

“J’ai été choqué. Nous n’avons jamais eu à acheter du riz, alors pourquoi devons-nous en acheter maintenant? ”

Il retourne dans son pays pour les vacances et découvre l’état de désespoir dans lequel est resté sa famille et sa communauté depuis la mort de son père. Musa Darboe décide alors d’abandonner son travail aux USA pour se consacrer à la riziculture en Gambie.

« Ils ne me croyaient pas. Ils ont pensé qu’en raison des opportunités que j’avais aux États-Unis, il n’était pas idéal pour moi de revenir en Gambie pour devenir agriculteur. Certains disent que je suis fou », se rappelle-t-il.

Maruo Farms Ltd est créé avec la modernisation qu’elle propose. Mais son grand constat c’est la réticence des jeunes à s’adonner à ce secteur.

« Comment pouvons-nous encourager et inciter la population jeune à rejoindre le secteur agricole vieillissant ? L’âge moyen d’un agriculteur en Gambie est d’environ 53 ans. Ce n’est pas bon », déplore-t-il.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »