Accueil / A la Une / ONU : Ali Bongo appelle à un dialogue permanent pour taire les rivalités entre puissances

ONU : Ali Bongo appelle à un dialogue permanent pour taire les rivalités entre puissances

Partagez ceci :

En plus de l’appel au dialogue, Ali Bongo Ondimba a exprimé son inquiétude face à la crise environnementale et à l’insécurité dans le monde, la place de l’Afrique dans les sphères décisionnelles.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba s’est exprimé mercredi à la chair de l’ONU à New York. Au cours de son allocution, le chef de l’Etat gabonais a lancé un appel au dialogue permanent. « Je me réjouis de prendre à nouveau la parole avec gravité parce que la situation l’exige. En effet, nous sommes à une période charnière du système international, alors que le monde se relève difficilement d’une pandémie et se trouve en proie à une crise multidimensionnelle. L’émergence de nouveaux pôles d’influence entraîne une cristallisation et commande que nous privilégions un dialogue permanent en vue d’un consensus global, plutôt qu’un rapport de forces, dans l’approche des questions antagonistes au sein du système multilatéral. Face aux rivalités entre puissances, et aux défis multiformes qui nous concernent tous, il serait dangereusement naïf de continuer à miser sur les rapports de force ou les postures unilatérales », a déclaré Ali Bongo.

Le chef de l’Etat gabonais a en outre abordé la question du développement durable. Il a souligné la nécessité d’évaluer les progrès compte tenu de la menace que la COVID‑19 fait peser sur les économies.  « Nous sommes dans le dernier quart d’une année qui a vu les défis mondiaux s’amplifier, mettant à mal les efforts communs et individuels visant à mettre en œuvre les objectifs de développement durable à l’horizon 2030. À moins de huit ans de l’échéance, il est crucial d’évaluer le parcours à l’aune de la menace que continue de faire peser la pandémie de la Covid-19 sur nos économies. Une menace, tout aussi insidieuse, plane désormais sur nos économies. Cette menace, c’est l’inflation. Partout dans le monde, l’inflation atteint de tristes records. Personne n’est épargné, les entreprises comme les ménages, le Nord comme le Sud. Ses effets sont dévastateurs. Il nous faut donc agir».

Ali Bongo Ondimba s’exprimait ainsi lors de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, aux États-Unis. Au cours de la même allocution il a abordé  plusieurs sujets notamment, la place de l’Afrique dans les sphères décisionnelles, mais aussi l’éducation, la santé et l’inflation.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »