Home / A la Une / Teodoro Obiang Nguema, record mondial de longévité au pouvoir

Teodoro Obiang Nguema, record mondial de longévité au pouvoir

Partagez ceci :

La Guinée équatoriale, un petit Etat d’Afrique centrale, enrichi par la rente pétrolière, mais miné par la corruption et les inégalités s’apprête à fêter samedi, les quarante ans du coup d’Etat qui avait porté l’actuel président à la tête du pays. Un record mondial de longévité, hors monarchie pour Teodoro Obiang Nguema.

Le 3 août 1979, Teodoro Obiang renversa par les armes, avec des officiers, son oncle, le sanguinaire dictateur Francisco Macias Nguema qu’il fusilla deux mois plus tard.

Réélu en 2016 avec plus de 90 % des suffrages, Teodoro Obiang, 77 ans, prépare désormais son fils, Teodorin, 51 ans et actuel vice-président, à lui succéder, soutient l’AFP.

Depuis son accession au pouvoir, il affirme avoir déjoué au moins dix tentatives de coup d’Etat ou d’assassinat et, à chaque tentative, Malabo a répondu par la répression, accusant alternativement l’armée, l’opposition ou des puissances étrangères.

Bref aperçu !

Né à Acoacán dans le district de Mongomo, il est le troisième enfant d’une fratrie de dix. Il commence ses études à huit ans à l’école officielle de Mongomo puis au groupe scolaire Cardinal de Cisneros à Ebebiyin.

En 1963, il intègre les cadets de la garde territoriale puis, la même année, l’Académie générale militaire de Saragosse (Espagne). Il se spécialise dans la conduite de véhicules militaires.

Il commence sa carrière militaire en 1965 dans la garde territoriale de Guinée équatoriale à Mikomeseng.

En 1969, son oncle, Francisco Macías Nguema, est élu président de la République. Celui-ci lui offre le poste de commandant de l’armée et des régions militaires de la capitale. L’année suivante, toujours par son oncle, il est promu au ministère de la Défense en tant que directeur général de l’approvisionnement et de la planification.

En 1975, il prend la tête des forces armées puis est nommé vice-ministre des Forces armées populaires en 1979. La même année, il renverse son oncle, prend le pouvoir comme président du Conseil militaire suprême avant d’être nommé président de la République en 1982. À ce jour (avril 2019), c’est le plus ancien chef d’État africain en exercice.

Le 22 août 1982, la proclamation des résultats du référendum sur une nouvelle Constitution annonce une majorité de 95,38 % de oui. Il est élu président de la République en 1989 (99,96 % des voix) et réélu en 1996 (99 %), en 2002 (97,1 %) et 2009 (96,7 %). et en 2016 (93,7 %).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »