Umalis Group
Home / A la Une / Guinée: inquiète, la CEDEAO invite le  » facilitateur  » au dialogue

Guinée: inquiète, la CEDEAO invite le  » facilitateur  » au dialogue

Partagez ceci :

Il a été facilitateur dans la crise inter-togolais. Mais aujourd’hui, c’est lui qui a besoin de « dialogue ». Désigné par la CEDEAO pour résoudre la crise qui a secoué le Togo en 2017-2018, Alpha Condé a laissé avec son homologue Ghanéen toute la population togolaise sur sa soif.

Alors que l’opposition togolaise, pour sa grande majorité, continue de chercher les voies et moyens pour empêcher un quatrième mandat de Faure Gnassingbé, c’est président de la république guinéenne qui tente, comme le togolais, une modification de la constitution pour briguer un troisième mandat.

Une situation qui entraîne depuis quelques semaines, de vives tensions et manifestations en Guinée ayant conduit à des pertes en vie humaine.

Le facilitateur a besoin de la facilitation !

Dans un communiqué en date du 21 octobre 2019, la CEDEAO a exprimé ses vives inquiétudes par rapport aux tensions politiques et violences en Guinée.

Tout en appelant les uns et les autres acteurs à la retenue, la CEDEAO invite les différents parties au dialogue.

Communiqué :

Le Président de la Commission de la CEDEAO exprime son inquiétude devant les récents développements en République de Guinée, caractérisés par une montée des tensions politiques et des violences ayant entrainé des pertes en vies humaines lors des manifestations des 14 et 15 octobre 2019.

Le Président de la Commission de la CEDEAO appelle toutes les parties concernées à la retenue et encourage la prise de mesures pour éviter une escalade des tensions et de la violence à même d’affecter la paix et la stabilité de la République de Guinée et de la Sous-Région.

Le Président de la Commission de la CEDEAO réaffirme la nécessité d’un dialogue constructif entre le Gouvernement, l’opposition et la société civile en vue d’arriver à une solution durable, consensuelle et pacifique de la situation actuelle.

Le Président de la Commission de la CEDEAO exprime sa solidarité avec la République de Guinée, pays membre de la CEDEAO, et réitère son engagement à accompagner le Gouvernement et les Partis d’Opposition ainsi que les autres acteurs nationaux dans le cadre d’un dialogue pour la recherche de solutions en vue de préserver la paix et la stabilité et renforcer la démocratie en République de Guinée. Dans ce contexte, il s’engage à œuvrer en coordination avec l’Union Africaine et les autres partenaires.

Fait à Abuja le 21 octobre 2019

Traduction »