Accueil / A la Une / Terrorisme en France: Jordan Bardella appelle à aller au-delà du folklore

Terrorisme en France: Jordan Bardella appelle à aller au-delà du folklore

Partagez ceci :

Pour la deuxième année consécutive, la France commémore ce jeudi 11 mars 2021, la Journée d’hommage aux victimes du terrorisme. Emmanuel Macron doit présider, aux Invalide, un hommage   à ces victimes.

Pour l’occasion, une rencontre est prévue entre le président Emmanuel Macron et l’imprimeur de Dammartin-en-Goële, otage des frères Kouachi lors de leur cavale ayant suivi l’attentat de Charlie Hebdo.

La Journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme a été actée en 2019 au niveau européen. La date du 11 mars a été choisie par des associations, en référence à l’attentat de Madrid de 2004.

En France, on prend les choses très au sérieux. Au-delà de l’hommage qui sera rendu par le président Macron, en présence des anciens présidents François Hollande et Nicolas Sarkozy, l’idée de construction d’un musée du terrorisme, née en 2018, suit son cours. Ce mémorial, dont la création est pilotée par l’historien Henry Rousso, sera implanté à Paris dans un lieu non encore déterminé, et ne verra pas le jour avant 2027.

La menace terroriste reste toujours élevée”, à en croire l’Elysée qui précise que 33 attentats ont été déjoués depuis 2017. De quoi faire réagir Jordan Bardella.

Le numéro 2 du Rassemblement national estime que “le premier des hommages” à rendre aux victimes du terrorisme est de “lutter contre le fondamentalisme islamiste qui nous a déclaré la guerre”. Pour Jordan Bardella, le projet de loi du gouvernement français sur les séparatismes, porté à bout de bras par Emmanuel Macron, est simplement “dérisoire.”

Depuis janvier 2015, les attentats ont fait plus de 260 morts en France, les plus meurtriers ayant été ceux du 13 novembre 2015 avec 130 morts à Paris et Saint-Denis et celui du 14 juillet 2016 à Nice ayant coûté la vie à 86 personnes.

Au total, plus de 6.300 victimes et proches de victimes ont été pris en charge par le Fonds de garantie des victimes (FGTI) depuis 2015. Plus de 400 Français victimes d’un attentat à l’étranger ont été suivis ainsi que près de 1000 victimes étrangères.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »