Accueil / A la Une / Togo-Cyclisme : imbroglio autour de la passation de service du nouveau bureau de la Fédération

Togo-Cyclisme : imbroglio autour de la passation de service du nouveau bureau de la Fédération

Partagez ceci :

Le 12 juin dernier, à l’issue du Congrès Ordinaire Électif de la Fédération Togolaise de Cyclisme qui s’est tenue à Lomé, Kpodo Koffi a pris les rênes de l’instance pour un mandat de 4 ans en battant le président sortant, Éric Gagou par 6 voix contre 4. Depuis lors le nouveau bureau n’a pas encore accédé officiellement à ses fonctions.

« C’est une forte joie qui m’anime après mon élection à la tête de cette discipline sportive que j’aime tant. Mes objectifs sont nombreux, mais eux tous concourent à une bonne représentativité et à une compétitivité accrue du cyclisme togolais. Je connais les défis qui m’attendent. Je vais avec le concours de mon équipe les affronter pour un développement certain de ce projet dans mon pays ».

Ce sont là les premières déclarations pleine d’enthousiasme et de détermination du nouveau président élu de la Fédération Togolaise de Cyclisme ( FTC), Kpodo Koffi à l’issue du dernier Congrès.

Et voilà que près de trois mois après avoir été porté à la tête de cette fédération, le nouveau président n’a pas encore pris officiellement fonction.

La faute à la non organisation de la passation de service par l’ancien président de l’instance, Dieudonné Gagou.

D’après nos recoupements, toutes les tentatives du nouveau bureau pour joindre l’ancien président afin de traiter le problème avec célérité se sont avérées vaines.

Les raisons  évoquées d’après les sources proches de l’ancien bureau sont multiples. Entre autres, les  déplacements de Dieudonné Gagou en Europe et tout récemment à Tokyo pour les Jeux Olympiques.

Malgré cette situation inédite, le bureau élu nonobstant la passation de service multiplie des réunions afin de s’organiser dans l’optique des prochaines compétitions sous-régionales qui arrivent à grand pas.

Cette situation qui paralyse les activités au sein de cette discipline de la petite reine devrait faire réagir les premières autorités togolaises notamment Mme Lidi Bessi Kama, la ministre des Sports, qui devrait prendre son bâton de pèlerin pour mettre fin à cet imbroglio.

Par Henri AKODO




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »