Home / A la Une / Togo : la présidence de Faure Gnassingbé confirme la libération de Foly Satchivi

Togo : la présidence de Faure Gnassingbé confirme la libération de Foly Satchivi

Partagez ceci :

Le porte-parole du mouvement « En aucun cas », Foly Satchivi vient de bénéficier d’une grâce présidentielle de la part du Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé. Le jeune activiste est désormais libre et pourra regagner sa famille et sa maison dans les prochaines heures. L’information est conformée par la présidence de Lomé.

Lomé, le 16 Octobre 2019

Faure Gnassingbé accorde la grâce Présidentielle à Foly Satchivi

Le Chef de l’Etat Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé a accordé ce jour 16 Octobre 2019 la grâce présidentielle à M. Foly Satchivi conformément à l’article 73 de la constitution togolaise qui stipule « Le Président de la République exerce le droit de grâce après avis du Conseil supérieur de la magistrature. »

Arrêté le 22 août 2018, jugé et condamné par le Tribunal de Première Instance de Lomé à 36 mois de prison dont 12 avec sursis, Foly Satchivi a vu sa peine être réduite à 28 mois d’emprisonnement dont 6 avec sursis lors d’un procès en appel tenu le 10 Octobre 2019.

Cette libération intervient moins d’une semaine après la condamnation en appel de M. Satchivi.

Contact presse : communication@presidence.gouv.tg

Arrêté en août 2018 alors qu’il tentait de donner une conférence de presse, Foly Satchivi a été envoyé en prison et accusé de « rébellion, trouble à l’ordre public et apologie de crimes et délits», avant d’être condamné à 36 mois de prison dont 12 mois en sursis.

Le 12 septembre 2019, s’est tenue une audience en appel de l’ancien président de la LTDE, dont le verdict a été prononcé le jeudi dernier.

La Cour avait condamné l’accusé à 28 mois d’emprisonnement dont 6 mois de sursis.

Satchivi, qui avait déjà passé 14 mois en prison et à qui, il restait 8 mois à purger à trouver grâce auprès de Faure Gnassingbé.

Rappelons que plusieurs acteurs de la société civile et plusieurs instances internationaux de défense des droits de l’Homme n’ont cessé d’appeler à la libération du jeune opposant.

Traduction »