Umalis Group
Home / Algeria / Algérie / « L’intérim » des hommes d’affaires incarcérés sera assuré
Law theme, mallet of judge, wooden gavel

Algérie / « L’intérim » des hommes d’affaires incarcérés sera assuré

Partagez ceci :

La gestion des sociétés appartenant à des hommes d’affaires proches du président déchu Abdelaziz Bouteflika est désormais attribuée à des administrateurs. Ainsi en a décidé la justice algérienne le 25 août dernier. Selon l’institution, la mesure vise à préserver les emplois au sein des sociétés concernés.

Les hommes d’affaires proches du président algérien déchu se retrouvent derrière les barreaux pour des faits supposés de corruption. Pour la cour d’Alger, même si ces derniers sont privés de liberté, leurs entreprises doivent continuer de fonctionner .

Selon le communiqué de presse de la cour, cette décision vise à « assurer la pérennité des activités desdites sociétés et à leur permettre de préserver les emplois et d’honorer leurs engagements envers les tiers ».

A cet effet, des « experts financiers agréés » sont désignés comme administrateurs des dites sociétés. Ils auront pour mission de gérer des sociétés en proie à des difficultés financières nées de l’incarcération de leurs propriétaires.

Ali Haddad, l’ex-patron des patrons, (PDG d’ETRHB, la première entreprise privée du BTP en Algérie à laquelle ont été attribués de gigantesques contrats publics) ; Mahieddine Tahkout, qui possède l’un des plus importants réseaux de concessionnaires automobiles en Algérie ; et les frères Kouninef, spécialisés notamment dans le génie civil sont les principaux concernés par cette décision.

Ces hommes d’affaire font objet d’enquête depuis la demission de Bouteflika, pour avoir, selon la justice,  profité de leurs liens privilégiés avec l’entourage de l’ancien président afin d’obtenir d’importants contrats pour leurs sociétés .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »