Accueil / A la Une / Burkina : Jean-Luc Mélenchon prononce un discours très ‘sankariste’

Burkina : Jean-Luc Mélenchon prononce un discours très ‘sankariste’

Partagez ceci :

La lutte contre le colonialisme, l’impérialisme, la désertification où l’autosuffisance alimentaire, tous les thèmes chers au père de révolution burkinabè Thomas Sankara ont été abordés par Jean-Luc Mélenchon, le député de la France Insoumise, en visite au Burkina Faso. Le député français a tenu un discours très « sankariste », lorsqu’elle s’est rendue sur le site du mémorial Thomas Sankara, dimanche après-midi 18 juillet.

Jean-Luc Mélenchon a déposé une gerbe de fleur au pied de la statue géante du capitaine Thomas Sankara, il s’est incliné devant le bâtiment où il a été assassiné le 15 octobre 1987 et a planté un arbre sur le site du mémorial.

Face aux journalistes, Jean-Luc Mélenchon a précisé qu’il n’est pas venu en donneur de leçons au Burkina Faso, mais pour s’inspirer du discours sankariste et partager des expériences avec ceux qui aspirent encore aux idéaux de l’ancien président burkinabè.

Sur le site du mémorial, il a par ailleurs rappelé son attachement aux valeurs prônées par le père de la révolution burkinabè : le refus de la résignation.

Pour le député français, il est temps de réécrire une nouvelle page des relations entre son pays et ses ex-colonies. 

« Nous sommes venus apprendre parce que nous connaissons la personnalité hors du commun de Thomas Sankara et de ses principales indications politiques, a-t-il lancé. Je peux à la fois vous dire que je représente cette France qui ne s’identifie pas à l’impérialisme, qui n’a pas envie de colonialisme, qui déplore le paternalisme et qui hait l’injustice d’un crime non puni ».

Une visite saluée par Luc Damiba, le secrétaire général du Ccomité mémorial Thomas Sankara. Il en a profité pour demander aux députés de la France insoumise de plaider pour le rapatriement du reste des archives françaises sur l’affaire Thomas Sankara.

« Les archives de la France sur le dossier Thomas Sankara ne sont pas épuisées. Nous avons plaidé auprès de lui pour qu’il continue de demander à ce que la France continue de livrer des archives qui sont encore gardées là-bas parce que ça peut encore protéger des gens qui sont toujours vivants. Or nous voulons avoir toute la vérité et la France peut nous aider à l’obtenir ».

Mercredi prochain, Jean-Luc Melenchon sera face aux étudiants de l’université Joseph Ki-Zerbo, pour décliner ce que seraient les grandes lignes de sa politique extérieure s’il est élu aux prochaines élections présidentielles.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »