Home / Pays / Maghreb / Algérie / Egypte: Mohamed Aly, l’homme qui donne de l’insomnie au président Sissi

Egypte: Mohamed Aly, l’homme qui donne de l’insomnie au président Sissi

Partagez ceci :

Il a appelé à une « marche du million » ce vendredi en Egypte. Une nouvelle manifestation contre le président Abdel Fattah Al-Sissi, accusé de corruption. Cette insurrection, inédite dans ce pays du Maghreb, a pris corps sur les réseaux sociaux à l’appel d’un Égyptien en exil: Mohamed Aly.

Dans ses vidéos abondamment relayées sur les réseaux sociaux, il s’adresse aux Égyptiens depuis son appartement de Barcelone, chemise souvent déboutonnée et cigarette à la main.

Le tout dans un langage familier, question de toucher le maximum d’internautes.

« Vous êtes un oppresseur et un échec. Les gens meurent de faim », lance-t-il dans une de ses vidéos publiée mi-septembre.

Des discours qui ont réussi à toucher le nerf sensible d’une population égyptienne longtemps confinée dans le silence avec l’arrivée au pouvoir du président Sissi, et dont 32,5 % vit en dessous du seuil de pauvreté.

Depuis le début du soulèvement, les autorités ont procédé à l’arrestation d’environ 2.000 personnes, dont des journalistes, des intellectuels et des militants politiques, selon Human Rights Watch et des ONG locales de défense des droits humains.

Qui est véritablement Mohamed Aly, l’homme à l’origine des nouvelles manifestations en Egypte ?

Acteur à temps partiel et entrepreneur, Mohamed Ali a, en effet, été longtemps un prestataire de l’armée égyptienne avec qui il a décroché de nombreux contrats grâce à son cabinet conseil en construction, Amlak. Il a d’ailleurs affirmé que l’armée gaspille les fonds publics, qu’elle lui doit 220 millions de livres égyptiennes (10,8 millions de livres sterling) pour la construction d’un hôtel de luxe et que la femme de Sissi avait ordonné des travaux de rénovation coûteux dans les somptueux palais présidentiels. Des allégations brandies sans preuve, mais qui ont pourtant réussi à faire réagir le président égyptien.

“Mensonges et calomnies”, a-t-il rétorqué mi-septembre, niant en bloc les accusations de corruption et affirmant qu’il construisait des palais non pour lui-même mais pour l’Egypte. En effet, outre les allégations de corruption, la construction de palais au moment où le gouvernement impose des mesures d’austérité est susceptible de réveiller la colère chez de nombreux Égyptiens affectés par une sévère crise économique. Depuis 2016, le gouvernement a mis en place un programme de réforme en vue d’obtenir un prêt de 12 milliards de dollars du Fonds monétaire international (FMI).

Africanews

Traduction »