Fatma Samoura: la sénégalaise reçoit le premier Prix du Sport de l’ARDN

Partagez ceci :

A l’heure où la promotion du genre se fait sentir dans presque tous les domaines d’activités, les femmes ne cessent d’immerger et de mettre leur potentiel au devant de la scène. L’ARDN (African Renaissance & Diaspora Network), a récompensé le 27 septembre la première femme et première africaine qui occupe le poste de secrétaire générale de la FIFA.

Fatma Samoura, comme rapporte le site de la FIFA, a reçu le tout premier Prix du Sport pour son engagement en faveur de causes humanitaires, notamment en ce qui concerne la diversité et l’égalité des sexes, dont témoignent les vingt-et-une années qu’elle a passées à travailler à la réalisation d’importants programmes des Nations Unies en Italie, à Djibouti, au Cameroun, au Tchad, en Guinée, au Niger, à Madagascar et au Nigeria.

Pour la Sénégalaise très honorée de cette distinction, ce prix vient renforcer son engagement en faveur de la cause humaine. « Je suis très touchée et honorée de recevoir ce prix. C’est merveilleux d’être reconnue pour mes contributions en faveur de causes humanitaires lors de mes années à l’ONU et, aujourd’hui, pour mon travail de promotion de la diversité et de l’égalité à la FIFA ; ça me donne d’autant plus envie de persévérer. Je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin ! », a déclaré la secrétaire générale.

Depuis sa nomination au poste, le nombre de femmes employées par la FIFA a augmenté à tous les niveaux. Mme Samoura est pour la plupart, une pionnière en matière de diversité et d’égalité des sexes. En mai dernier, elle a été élue « Femme la plus puissante du sport mondial » par le magazine Forbes.

Il faut souligner que l’ARDN a récompensé plusieurs autres personnalités ou acteurs de développement. Le Réseau de la renaissance et de la diaspora africaine est une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis qui ambitionne coordonner et unir les efforts des personnes et des organisations qui soutiennent l’avènement de la renaissance africaine, tout en prônant l’unité entre les nations, entre les fils et filles du continent africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *