Accueil / A la Une / Félicien Kabuga: le procès du bras « financier » du génocide rwandais s’ouvre jeudi à La Haye

Félicien Kabuga: le procès du bras « financier » du génocide rwandais s’ouvre jeudi à La Haye

Partagez ceci :

Félicien Kabuga est accusé d’avoir aidé à créer des médias haineux qui ont exhorté les Hutus à tuer les Tutsis tout en finançant des milices en 1994. Son procès s’ouvre ce 29 septembre à la Cour pénale internationale.

Le financier présumé du génocide rwandais Felicien Kabuga, l’un des derniers suspects clés du massacre ethnique de 1994 qui a dévasté la petite nation d’Afrique centrale, va être jugé à La Haye.

Le procès de Kabuga s’ouvrira jeudi 29 septembre à 08h00 GMT, devant un tribunal de l’ONU, où il a été accusé de génocide et de crimes contre l’humanité pour son rôle dans les massacres il y a 28 ans de quelque 800 000 Tutsis et Hutus modérés.

Les procureurs et la défense devraient faire leurs déclarations liminaires jeudi et vendredi, les preuves dans l’affaire commençant le mercredi suivant.

Les avocats de Félicien Kabuga ont plaidé non coupable aux accusations lors d’une première comparution en 2020.

Autrefois l’un des hommes les plus riches du Rwanda, les procureurs affirment que Kabuga aurait aidé à créer des médias haineux qui exhortaient les Hutus à « tuer les cafards tutsis » et à financer des milices en 1994.

Plus de 50 témoins devraient comparaître pour l’accusation, qui a déclaré avoir eu besoin d’environ 40 heures pour conclure leur affaire. 

Pour rappel, Kabuga est également accusé d’avoir « distribué des machettes » à des groupes génocidaires et de leur avoir ordonné de tuer des Tutsis.

Maintenant âgé d’environ 80 ans, Kabuga a été arrêté à Paris, en France, en mai 2020 après avoir échappé à la police de plusieurs pays pendant le dernier quart de siècle, en utilisant une succession de faux passeports.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »