Accueil / A la Une / « Fix the Country » : des Ghanéens dénoncent la cherté de la vie

« Fix the Country » : des Ghanéens dénoncent la cherté de la vie

Partagez ceci :

Un mouvement citoyen sans aucune affiliation politique a lancé le hashtag « Fix the Country » (Réparer le pays) pour dénoncer la vie chère dans la capitale ghanéenne. Ce cri de détresse risque de déborder dans la rue ce mercredi 4 août.

Il est en outre reproché au gouvernement la hausse d’impôts sur les produits de base, la corruption toujours grandissante, le chômage ainsi que des failles dans la gouvernance.

« Les gens voient que le gouvernement ne lutte pas contre l’impunité. Il fait des choses pour s’enrichir ou qui font perdre de l’argent au pays et ne rend pas de comptes. Récemment, le président a dû se rendre à Bruxelles, à Paris et en Afrique du Sud. (…) Et dans le même temps, les gens sont obligés de se serrer la ceinture, car nous vivons presque sous austérité. Le coût de la vie augmente, l’argent est gaspillé sans explication. Ce sont toutes ces choses qui expliquent la grogne sociale et la situation va de pire en pire », explique Kobi Annan, Consultant au Think Tank Songhai Advisory Board à Accra, cité par rfi.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »