Home / A la Une / Guinée: les contestataires du 3ème mandat de Alpha Condé jugés
Law theme, mallet of judge, wooden gavel

Guinée: les contestataires du 3ème mandat de Alpha Condé jugés

Partagez ceci :

Les principaux initiateurs des manifestations contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé en Guinée ont comparu ce mercredi devant la justice. Cette comparution intervient au troisième jour consécutif du quadrillage de Conakry par les forces de l’ordre, renseigne africanews.

Depuis lundi, les manifestations ont fait au moins six morts. Le procès des huit responsables du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition rassemblant des partis d’opposition, des syndicats et des membres de la société civile, s’est ouvert devant le tribunal de première instance de Dixinn, un quartier de Conakry et placé sous haute protection, selon des correspondants de l’AFP.

Selon le média, le FNDC milite avec virulence contre un projet de révision de la Constitution, évoqué par le pouvoir, qui permettrait à Alpha Condé âgé de 81 ans de se présenter fin 2020 à sa propre succession pour un troisième mandat. Notons que le nombre de mandats présidentiels est actuellement limité à deux.

Dans une atmosphère tendue, les prévenus ont dénoncé des traitements inhumains et dégradants au cours de leur garde-à-vue, notamment le fait d’avoir été confinés dans des cellules exiguës ou d’avoir été mis à nu, renseigne notre source.

La même source rapporte que les huit hommes sont jugés pour avoir tenu des propos de nature à troubler l’ordre public en appelant à manifester, selon l’accusation, alors que la capitale et plusieurs autres villes ont été en proie lundi et mardi à des heurts meurtriers et que les forces de sécurité restaient très visibles, barrant l’accès à certains axes de Conakry.

Rappelons que les prévenus avaient été interpellés samedi au domicile du coordinateur du FNDC, l’ancien ministre Abdourahmane Sanoh.

Leur avocat, Salifou Béavogui, s’attend à ce que ses clients soient “punis”, a-t-il dit à l’AFP pendant l’une des nombreuses interruptions de l’audience de la matinée. Il escompte un jugement plus tard dans la journée.

Traduction »