Guinée: manifester contre un 3è mandat d’Alpha Condé peut conduire en prison

Partagez ceci :

A 81 ans, le président Alpha Condé entretient le flou sur sa troisième candidature à la tête de la Guinée. Outre le fait de maintenir le suspens, des manifestations contre un troisième mandat ne sont pas admises par le gouvernement Condé.

La justice guinéenne aurait d’après Koaci, condamné à trois mois de prison sept manifestants hostiles au 3ème mandat du président Alpha Condé. A la peine d’emprisonnement, est assortie une amende de 500 000 francs guinéens.

Membres du Front national pour la défense de la Constitution, les manifestants ont été condamnés pour « entrave à la liberté de manifester » et pour « troubles à l’ordre public ».

D’après leur avocat comme souligne notre source, cette condamnation est une pure injuste.

Arrestation ou non, les partis d’opposition guinéens, ainsi que des associations de la société civile et des syndicats, ont annoncé début avril la création d’une coalition pour empêcher Alpha Condé de briguer un troisième mandat en 2020.

Il faut souligner qu’Alpha Condé est le premier président démocratiquement élu en Guinée. Pour un autre mandat, le président affirme laisser le peuple s’exprimer.

« Il y a un débat en Guinée. Moi j’observe (…), ce qui est évident c’est que le peuple guinéen est un peuple souverain, (…) qu’on ne peut pas empêcher le peuple de s’exprimer s’il le souhaite », a répondu Alpha Condé, à la presse qui l’a interrogé sur le sujet lors d’une visite officielle à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *