Home / A la Une / Guinée: Vers un troisième mandat de Alpha Condé?

Guinée: Vers un troisième mandat de Alpha Condé?

Partagez ceci :

Vers un troisième mandat du président guinéen Alpha Condé ?  C’est l’impression de l’Union des forces républicaines (UFR) qui assure, selon nos confrères de Guinéen.info, que le régime en place est déterminé à passer par tous les moyens, en complicité avec le président de la CENI, pour octroyer un troisième mandat à Alpha Condé.

Selon la même source, Ahmed Tidiane Sylla, responsable de la communication de l’UFR, invite les guinéens à prendre conscience de la détermination d’Alpha Condé à se cramponner au pouvoir au-delà de 2020.

’’C’est le moment de nous indigner et de prendre conscience pour mettre fin à ce projet de troisième mandat qu’ils sont en train murir. Aujourd’hui, dès que tu parles de troisième mandat, ils te disent ‘non, c’est la nouvelle constitution’. Mais ça revient à la même chose. Le but, c’est pour qu’Alpha Condé reste à pouvoir’’, estime-t-il.

‘’Alpha Condé ne changera pas la constitution guinéenne même pour son fils, il le fait pour lui-même. Et nous ne l’accepterons pas. Qu’on parle de nouvelle constitution, de modification constitutionnelle ou de recrutement d’opérateur local par la CENI, tout cela, c’est pour un troisième mandat en faveur d’Alpha Condé’’, ajoute-t-il.

Le responsable de la communication du parti de Sidya Touré met en garde le président de la CENI qu’il soupçonne de manœuvrer pour octroyer au RPG Arc-en-ciel une majorité absolue à l’assemblée lors des prochaines législatives, renseigne le média.

‘’La CENI que nous avons, à la tête, maitre Salifou Kébé, est en train de prendre la direction du troisième mandat avec le choix de l’opérateur local pour l’assainissement du fichier électoral. Ce que nous n’avons accepté pour les précédents présidents de la CENI, nous ne l’accepterons pas pour Salifou Kébé’’, indique Ahmed Tidiane Sylla.

‘’Nous n’accepterons pas cette CENI, parce qu’ils veulent nous imposer un opérateur local qu’eux même ont concocté ici en achetant des machines avec des gens corrompus pour pouvoir faire passer les 1.500.000 fictifs qui existent dans le fichier électoral’’, conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »