Accueil / A la Une / Mali: Antonio Guterres s’inquiète d’un possible « vide » sécuritaire 

Mali: Antonio Guterres s’inquiète d’un possible « vide » sécuritaire 

Partagez ceci :

Antonio Guterres se dit inquiet des conséquences du retrait de la force française Barkhane du Mali. Le Secrétaire général de l’ONU redoute une prise en mains de la situation par les groupes armés.

Le rapport alarmant de la Minusma

Dans un rapport publié lundi, la Minusma avait noté une augmentation des violences de plus de 320% au premier trimestre. Des violences commises par «les groupes jihadistes, l’armée malienne et ses supplétifs».

Le document met également en avant le fait que les autorités maliennes ont « progressivement étendu les zones géographiques inaccessibles à la mission, incluant des interdictions de survol, ce qui empêche l’exécution de son mandat ». Les autorités maliennes ont effet imposé des restrictions au renouvellement des soldats africains de la Minusma. Certains doivent attendre quatre mois supplémentaires avant de regagner leur pays, en raison des blocages sur les déplacements et les vols, dans le cadre des sanctions prises par la Cédéao contre la junte au pouvoir.

Les craintes d’Antonio Gutterres

Les conclusions de ce rapport font craindre le pire selon Antonio Guterres. Le Secrétaire général de l’ONU a expliqué que «le retrait et la fin des opérations des forces françaises vont probablement créer un vide dans certaines régions qui risque d’être exploité par des groupes terroristes armés, notamment sur les principales routes d’approvisionnement». Pour lui, la Minusma ne pourra plus « à moyen terme compter sur la présence d’une force antiterroriste ». Barkhane devant achever son désengagement à la fin du mois d’août.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »