Accueil / Africa top success / Maroc: condamnation à un mois de prison de deux chanteurs de « rue »

Maroc: condamnation à un mois de prison de deux chanteurs de « rue »

Partagez ceci :

Au Maroc et même ailleurs, nul et personne n’est au dessus de la loi. La réglementation en est que tout citoyen devrait respecter les procédures légales ou bien suivre la loi telle qu’elle est notifiée pour tout le monde. Et pour ne pas justement créer la zizanie, tout le monde est mis dans le même sac.

 Ainsi donc, qu’ils soient du mouvement associatif ou autre, respecter autrui reste l’une des vertus et des devises humaines, mais de là à taper sur les plates-bandes d’autrui, cela risque tout bonnement être fatal à ceux qui ne respectent pas la loi, qui devait de ce fait être respectée avant tout par ceux qui l’aurait élaboré.

Ceci s’applique aussi aux chanteurs et autres acteurs de la société civile, comme ces deux chanteurs de rue qui n’ont pas respecté la loi. Ainsi donc, une semaine après leur arrestation sur « la place des Nations Unies » dans la ville de Casa, les deux concernés sont condamnés dernièrement à une peine d’un mois de prison avec sursis. Il s’agit de Mehdi Achataoui et Badr Mouataz et Mehdi Achataou.

Les deux chanteurs étaient poursuivis pour la simple raison qu’ils avaient refusé d’obéir ainsi que pour  violences à l’encontre de fonctionnaires publics. C’est ce que rapporte l’AFP, qui cite leur avocat Youssef Chehbi. Notons juste que ces arrestations ne sont pas restées sans réactions, puisqu’elles ont entraîné une forte mobilisation de la société civile. Parmi ceux qui se sont solidarisés avec ces chanteurs, on retrouve entre  ceux qui sont issus des milieux culturels et les défenseurs de droits de l’homme.

A l’image de l’association marocaine des droits de l’homme, où selon des infos leur aurait apporté son soutien indéfectible. Cependant, ce qu’il y’a lieu de noter, c’est que l’année dernière, les autorités locales de Casablanca avaient interdit aux musiciens de rue d’exercer sur la « place des Nations Unies » entre autre. C’était suite à des plaintes déposées par des riverains qui se plaignaient des nuisances sonores, notamment durant la nuit.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »