Accueil / Africa top success / Maroc : la FISA est contre l’importation de la volaille américaine  

Maroc : la FISA est contre l’importation de la volaille américaine  

Partagez ceci :

Certains pays se trouvant en insuffisance dans certains éléments vitaux de la vie quotidienne avec une production locale limitée, qui ne satisfait pas la demande, se rabattent sur l’importation afin de satisfaire la demande et donner un autre cachet à l’offre. C’est dire que l’offre et la demande restent dans une équation inéquitables, d’où la nécessité d’y penser aux meilleurs moyens afin d’y remédier.

Au Maroc, il parait que certains produits étrangers sont indésirables dans ce pays. C’est peut-être le cas de le dire, puisque, et après une annonce de l’ouverture du marché marocain à l’importation de produits avicoles américains, les professionnels du secteur, d’aviculture notamment, sont montés au créneau en mettant en cause ce qu’ils appellent une compétition déloyale.

Dans ce chapitre, l’on affirme qu’une réunion d’urgence aurait été programmée par la fédération interprofessionnelle du secteur avicole du Maroc. Une réunion qui aurait lieu avec son conseil administratif. Parmi les décisions prises, on rapporte que comme première action, les professionnels comptent adresser des écrits aux institutions qui supervisent cette importation.

Leur objectif serait de faire part à ces institutions des conséquences et des retombées de cette décision sur les aviculteurs nationaux. La fédération citée en haut rappellerait que le marché marocain est autosuffisant et que ses produits sont de bonne qualité. Même constat fait par l’association nationale des producteurs de viande et de volaille. Cette dernière aurait rejeté la décision d’ouvrir le marché marocain aux produits avicoles américains.

L’ANPVV également considère que l’initiative aura de mauvaises conséquences sur le secteur, qui fait déjà face à de grandes difficultés depuis deux ans. Des répercussions que ses membres jugent négatives pour l’avenir de la profession dans ce pays. L’association en question estimerait que le secteur connaît un grand excédent de production. Un état de fait qui aurait conduit à une baisse des prix engendrant des pertes considérables au niveau des éleveurs.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »