Accueil / Africa top success / RDC : les villages du groupement de Binza dans le Nord Kivu sous administration ougandaise

RDC : les villages du groupement de Binza dans le Nord Kivu sous administration ougandaise

Partagez ceci :

Dans une correspondance de doléance adressée au ministre congolais de l’Intérieur, la communauté Babingi du groupement de Binza, territoire de Rutshuru ( Nord- Kivu, RDC), demande de récupérer quatre villages et deux Collines de ce groupement sous administration ougandaise.

Cette communauté ethnique indique qu’après l’opération de démarcation et bornage faite par les équipes de la RDC et de l’Ouganda en 2018, ces entités ont été reconnues appartenant à la RDC. Cependant, quatre ans après, les populations de ces villages affirment qu’elles sont « considérées comme des apatrides ».

D’après le président de la communauté des Babingi, Adelard Bineza Masaka, l’opération conjointe de démarcation et bornage des limites transfrontalières entre la RDC et l’Ouganda avait été faite par des délégations conjointes composées de hautes autorités de ces deux pays en 2018.  

A l’issue de cette opération, les villages Kasenyi, Mutsongo, Tshizingiro et Kabumba ont été reconnus comme appartenant à la RDC. A ces villages s’ajoutent les collines Sarugera et Rusura.  

Ce notable se dit étonné que, quatre ans après, ces entités, déjà limitées et bornées continuent à être gérées et administrées par l’Ouganda. Ce qui rend, selon Adelard Bineza Masaka, les populations de ces villages des apatrides.  

Selon la même source, cette situation d’ambiguïté est le plus souvent à la base d’arrestations arbitraires des pêcheurs et armateurs congolais sur le lac Edouard par la marine ougandaise. Elle est également à la base de l’exploitation illégale des ressources naturelles et de la déviation de certaines limites naturelles.  

Face à cette situation, Adelard Bineza suggère au gouvernement congolais de se pencher d’urgence sur ce dossier pour permettre la restauration de l’autorité de l’Etat de RDC dans ces entités coutumières concernées et rassurer ainsi les populations. 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »