Accueil / A la Une / Réunion de l’EAC sur la situation dans l’Est de la RDC: les discussions s’annoncent tendues

Réunion de l’EAC sur la situation dans l’Est de la RDC: les discussions s’annoncent tendues

Partagez ceci :

C’est ce lundi 20 juin que se réunissent à Nairobi, au Kenya, les chefs d’État des pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), au sujet de la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC. Les discussions s’annoncent tendues au regard de l’escalade verbale entre Kinshasa et Kigali ces derniers jours.

À l’initiative du président kenyan Uhuru Kenyatta, président en exercice de l’EAC, tous les membres de la Communauté des États d’Afrique de l’Est vont se réunir à Nairobi ce lundi 20 juin pour leur troisième sommet. On imagine déjà le ton des discussions entre les participants.

En effet, dimanche, le président congolais entendait « dénoncer le jeu ambigu de certains pays voisins », évoquant une « connivence avec les terroristes du M23 ». Félix Tshisekedi compte aussi « exiger le retrait immédiat des troupes rwandaises du territoire congolais. » Vendredi 17 juin déjà, Kinshasa avait déclaré que la RDC n’accepterait pas la participation de troupes rwandaises à cette force régionale.

Les chefs d’état-major pour aplanir le terrain

En prélude à cette réunion, les chefs d’état-major des pays membres de l’EAC s’étaient réunis dimanche dans la capitale kenyane pour finaliser les préparatifs pour le déploiement de cette force régionale en RDC, et notamment sa composition. Ce lundi, ils devraient recevoir un point sur l’avancée des consultations entre le gouvernement et les groupes armés congolais, lancées en avril, avant de se réunir à huis-clos pour en discuter. 

La tension est montée d’un cran ces derniers jours entre la RDC et le Rwanda. Les autorités congolaises accusent leurs homologues rwandaises de soutenir les rebelles du M23 qui ont repris du service dans l’Est du Congo. Les manifestations anti-Rwanda se multiplient en RDC. Plusieurs notamment les États-Unis d’Amérique, l’Ouganda, le Kenya multiplient les appels à la désescalade et à l’apaisement.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »