Accueil / Africa top success / RDC: arrestation d’un journaliste américain pour ses « contacts étroits » avec des groupes armés

RDC: arrestation d’un journaliste américain pour ses « contacts étroits » avec des groupes armés

Partagez ceci :

Un journaliste américain a été arrêté ce lundi par les services de renseignements congolais pour être entré en contact avec les groupes rebelles qui sèment la terreur dans la partie orientale de la RDC.

Selon des groupes de la société civile cités par les médias locaux, le journaliste américain Stavros Nicolas Niarchos et un journaliste congolais ont été arrêtés lundi dans la ville de Lubumbashi, dans le sud-est du pays, et emmenés à Kinshasa, la capitale. 

Un haut fonctionnaire du gouvernement qui a requis l’anonymat a confirmé à l’AFP l’arrestation de l’Américain, précisant que l’agence de renseignement congolaise, l’ANR, le détenait à Kinshasa. 

Le journaliste de 33 ans, qui écrit pour les magazines américains The Nation et The New Yorker, avait pris contact avec des milices locales, a précisé le responsable.

«L’ANR a ramené le journaliste Nicholas Niarchos à Kinshasa pour l’interroger sur ses contacts étroits avec des groupes armés, particulièrement les Bakata Katanga», a-t-il dit.

«Il a effectué des mouvements qui n’ont jamais été signalés préalablement aux autorités», a également justifié le responsable, estimant que le gouvernement «doit être vigilant» après le meurtre de deux experts des Nations unies en 2017.

L’ONU avait engagé les experts américain Michael Sharp et suédoise-chilienne Zaida Catalan pour enquêter sur les violences dans la région du Kasaï, dans le centre de la RDC, où ils ont été enlevés et tués. 

«Les autorités congolaises n’ont aucun intérêt à garder un journaliste américain», a affirmé le responsable gouvernemental, ajoutant que la consule américaine lui avait rendu visite et qu’il pourrait être libéré mardi. 

M. Niarchos s’était rendu en RDC pour réaliser un reportage sur la conservation de la nature, l’économie et la culture pour le magazine The Nation, selon l’accréditation officielle du journaliste consultée par l’AFP. 

Du côté de l’ambassade des États-Unis à Kinshasa aucune déclaration officielle jusque-là.  




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »