Accueil / A la Une / Le M23 dans l’Est de la RDC : l’implication du Rwanda tend à se confirmer

Le M23 dans l’Est de la RDC : l’implication du Rwanda tend à se confirmer

Partagez ceci :

Alors que les autorités congolaises l’accusent de complicité avec les rebelles du M23, un rapport d’un groupe d’experts de l’ONU accable le Rwanda pour son implication dans la dégradation de la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC.

Selon ce rapport, le Rwanda et l’Ouganda auraient servi de base pour la réorganisation du M23. Les experts onusiens précisent qu’à partir de novembre 2021, le M23 a commencé à recruter dans le camp de Bihanga. En janvier 2022, les rebelles ont recruté dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Kitshanga, en RDC, ainsi qu’au Rwanda, pour renforcer les troupes. 

Pour Josaphat Musamba, chercheur à l’université de Gand en Belgique, cité par la Deutsche Welle, les conclusions de ce rapport ne sont pas surprenantes. « D’abord ce sont des messagers qui sont en contact avec le groupe, ils passent inaperçus parce qu’on ne les connaît pas. La plupart du temps, ils vont d’abord retrouver des amis, ou des gens au sein de leurs communautés, ce qui fait que par exemple l’année dernière, on en a arrêté certains dans le Masisi », analyse-t-il.

Avant d’ajouter que « les services de renseignement des militaires congolais les ont tracés, on en a arrêté certains. Les camps sont des pépinières parce qu’on y développe des discours sur le fait qu’il y a des réfugiés qui sont partis depuis des années et qu’ils sont dans les camps, et en mobilisant sur le discours du retour des réfugiés, on mobilise tout en leur disant que le problème pour lequel ils sont là peut créer un sentiment qui va les pousser à trouver des moyens pour retourner chez eux ».

Un rapport qui complique la composition de la Force militaire régionale

Le pouvoir congolais est catégorique. Pas question que l’armée rwandaise fasse partie de la Force mixte de la Communauté d’Afrique de l’Est qui va être prochainement déployée dans l’Est de la RDC. Il accuse Kigali de soutenir le M23, et appelle la Communauté internationale à établir officiellement la responsabilité du Rwanda.

Paul Kagamé, le président rwandais, était à Nairobi en début de semaine pour le 3e conclave de l’EAC, consacré à la crise entre les deux pays. Le président Félix Tshisekedi dont le pays a récemment adhéré à l’Organisation sous-régionale était également présent dans la capitale kenyane. Les discussions ont-elles permis d’amorcer un début de conciliation des positions? Rien n’est moins sûr! Une certitude cependant, avec ce rapport, les autorités congolaises sont désormais bien confortées dans leur intime conviction que le mal qui frappe l’Est de leur pays prend ses racines depuis le Rwanda.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »