Accueil / A la Une / Rotterdam : le sommet sur l’adaptation climatique boudé par les grandes puissances

Rotterdam : le sommet sur l’adaptation climatique boudé par les grandes puissances

Partagez ceci :

A deux mois de la COP27 en Egypte, plusieurs dirigeants africains ont dénoncé lundi l’absence de chefs d’Etats des pays pollueurs censés financer l’adaptation de l’Afrique au changement climatique, au sommet de Rotterdam lundi aux Pays-Bas. Cette rencontre a été l’occasion de discuter des 25 milliards de dollars promis d’ici à 2025 par les pays industrialisés et qui tardent à être concrétisés.

Le sommet tenu lundi 5 septembre à Rotterdam, aux Pays-Bas, réunissait notamment l’Union africaine, le Fonds monétaire international et le Centre mondial sur l’Adaptation en soutien de l’adaptation de l’Afrique au changement climatique. L’Afrique émet moins de 4% des émissions mondiales de CO2 mais paye le plus lourd tribut au réchauffement climatique.

L’Afrique aura besoin de 1 300 à 1 600 milliards de dollars au cours de cette décennie pour mettre en œuvre ses engagements dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, soit un coût annuel compris entre 140 et 300 milliards de dollars, a déclaré Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, lors du sommet.

Les dirigeants africains espèrent recueillir, à travers le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique (AAAP), une capitalisation de 250 millions de dollars pour attirer des milliards de dollars d’investissements.

« Il faut trouver ces 250 millions de dollars, ce n’est quand même pas la mer à boire », a lancé Macky Sall.

Plusieurs dirigeants africains ont récemment souligné l’échec de la communauté internationale à remplir les objectifs de la COP21 à Paris en 2015: contenir, d’ici à 2100, le réchauffement climatique bien en dessous des 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux de l’ère pré-industrielle, idéalement le limiter à 1,5 degrés.

Mais selon l’Organisation météorologique mondiale, le réchauffement pourrait atteindre de 2,5 à 3 degrés.

Alors que le réchauffement climatique détruit la planète et frappe avec force le continent africain, l’absence de représentants français et européens au sommet sur l’adaptation du continent africain au changement climatique à Rotterdam était remarquable.

Avec Africa News




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »