Home / A la Une / Sotchi: quand Poutine diagnostique l’Afrique et se veut médecin du continent

Sotchi: quand Poutine diagnostique l’Afrique et se veut médecin du continent

Partagez ceci :

Le président Russe, Vladmir Poutine a énuméré les maux qui freinent le développement de l’Afrique. Bien au delà d’un simple diagnostic, Poutine a indiqué que son pays va lutter de la façon la plus active possible contre ses problème.

Cette intervention rappelons-le, intervient ce jeudi 24 octobre 2019 à Sotchi, au cours de la deuxième session plénière du sommet Russie-Afrique.

«Le terrorisme, la propagation de l’extrémisme, la criminalité transnationale et la piraterie entravent le développement du continent africain. De nombreux pays sont confrontés aux conséquences du printemps arabe, qui a déstabilisé la situation dans toute l’Afrique du Nord. Dans la région sahélienne et du lac Tchad, dans la Corne de l’Afrique opèrent de nombreuses organisations terroristes… À cet égard, nous estimons qu’il est important d’intensifier les efforts communs dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme», a déclaré M.Poutine.

«La Russie va lutter contre ces problèmes de manière plus active», a-t-il poursuivi, cité par l’agence russe RT. 

Abordant toujours la question sécuritaire des états africains, l’homme fort du Kremlin assure que la Fédération de Russie va poursuivre la formation du personnel militaire et des forces de l’ordre des pays africains dans les établissements d’enseignement spécialisés en Russie «pour assurer la sécurité dans la région».

Ceci « afin de renforcer les capacités de combat des forces armées nationales des pays africains, la coopération dans les domaines militaire et militaro-technique se poursuit.».

Poutine, a par ailleurs rappelé que : «En 2018, les échanges de la Russie avec des pays africains se sont élevés à plus 20 milliards de dollars, avec un doublement des échanges au cours des cinq dernières années. […] Les entreprises russes travaillent depuis longtemps dans cette région, essentiellement dans l’exploitation des minerais, mais aussi dans les secteurs énergétique et pétro-gazier. Il y a également des perspectives en matière de haute-technologie.»

Traduction »