Accueil / Pays / Afrique Centrale / Tragédie au concert de Fally Ipupa : des policiers accusés d’avoir perçu des pots-de-vin

Tragédie au concert de Fally Ipupa : des policiers accusés d’avoir perçu des pots-de-vin

Partagez ceci :

Alors que les responsabilités sont en train d’être situées après le décès dimanche dernier d’une dizaine de personnes au concert de Fally Ipupa, au stade des Martyrs de Kinshasa, organisateurs et police se rejettent la faute.

Neuf civils tués par étouffement, auxquels les autorités ont ajouté le décès de deux policiers.

Un agent était retrouvé dans l’enceinte du stade, suite à son suicide. Après un malaise, un commissaire supérieur adjoint trouvera la mort, à son domicile, le lendemain du concert dont on lui avait confié la sécurisation.

Voilà le bilan macabre enregistré à l’occasion du géant concert de Fally Ipupa, dimanche dans une enceinte a posteriori tristement bien nommée : le stade des Martyrs.

A qui la faute ?

Avant que les enquêteurs ne rendent les conclusions de leurs premiers procès-verbaux, chacun semble déjà se dédouaner.

Le chef de la police de Kinshasa évoque plus de 120 000 mélomanes dans un stade d’une capacité de 80 000 places assises. Un trop-plein qui serait à l’origine du drame.

En revanche, les programmateurs du concert accusent non seulement les forces de l’ordre d’avoir mobilisé moins d’agents qu’initialement prévu, mais aussi certains policiers d’avoir contribué à la saturation en laissant entrer des spectateurs sans billets, moyennant une rétribution sous le treillis.

Procédure judiciaire contre procédure judiciaire, les organisateurs ont porté plainte contre X.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »