USA: un nouveau revers pour Trump sur la question de nationalité

Partagez ceci :

Machine arrière. Freiné dans son élan, le président américain est contraint de renoncer à la question de la nationalité dans le recensement de 2020, rapporte RFI. Ceci, suite à la décision de la Cour suprême qui estimait que l’administration n’avait pas fourni d’arguments convaincants pour inclure cette question.

Mais en lieu et place, souligne la même source, Donald Trump demande à toutes les agences gouvernementales de lui fournir les informations dont elles disposent sur la population étrangère résidant aux États-Unis.

 » J’ordonne à chaque département et à chaque agence fédérale de fournir au département du Commerce tous les documents qui concernent le nombre de personnes citoyenne et étrangère de ce pays. Ils doivent fournir toutes les données à leur disposition immédiatement« .

« Ce n’est pas un recul », a affirmé Donald Trump, mais en réalité il s’agit bien d’une défaite pour le président.

La semaine dernière, renseigne notre source, le locataire de la Maison Blanche affirmait qu’il allait tout mettre en oeuvre pour trouver une solution légale afin d’insérer la question de la nationalité dans le recensement.

« Nous choisissons une nouvelle méthode pour assurer un décompte complet de la population non américaine de ce pays. Aujourd’hui, je vais signer un décret présidentiel pour mettre ce plan en action immédiatement« , a détaillé le président américain.

Insérer la question de la nationalité dans le recensement risquait de conduire à une sous-estimation de la population américaine d’origine étrangère. Les détracteurs du projet estiment en effet que pour protéger leurs proches en situation irrégulière, beaucoup d’Américains auraient préféré se tenir à l’écart du recensement.

Or, le nombre de sièges à la Chambre des représentants pour chaque État, tous les dix ans, est calculé sur la base de ce recensement. La population d’origine étrangère vote généralement plus en faveur des démocrates. Il s’agissait bien d’un enjeu politique crucial pour Donald Trump.

Rfi.fr