Home / A la Une / Accusée de corruption, la femme la plus fortunée d’Afrique dénonce un procès ‘injuste’ et ‘inexact’

Accusée de corruption, la femme la plus fortunée d’Afrique dénonce un procès ‘injuste’ et ‘inexact’

Partagez ceci :

Isabel dos Santos, 47 ans, est devenue depuis trois ans une cible du nouveau président angolais Joao Lourenço. Mise en cause pour corruption, la richissime d’affaires angolaise a qualifié d’injustes, d’inexactes’ et fondées sur des ‘faux’, les accusations portées contre elle.

La fille aînée de l’ancien président a lancé, via ses avocats, la riposte contre les enquêtes qui la visent dans son pays, au Portugal et dans la presse.

Au nom de la lutte contre la corruption, le chef de l’Etat l’a écartée sans ménagement de la présidence de la compagnie pétrolière nationale Sonangol, dès la fin 2017.

Et en décembre dernier, un juge civil angolais a ordonné le gel des comptes bancaires et des actifs d’Isabel dos Santos et de son époux d’origine congolaise, Sindika Dokolo, dans une pléiade de sociétés angolaises.

Le parquet général de Luanda explique alors enquêter sur des transferts de fonds suspects des entreprises publiques Sodiam (diamant) et Sonangol, qui “ont bénéficié à des compagnies étrangères dont les accusés sont les bénéficiaires”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »