Accueil / A la Une / Albert Pahimi Padacké : « J’ai accepté d’être Premier ministre pour la stabilité et la paix au Tchad »

Albert Pahimi Padacké : « J’ai accepté d’être Premier ministre pour la stabilité et la paix au Tchad »

Partagez ceci :

Le conseil militaire tchadien a nommé ce lundi l’ancien Premier ministre, Albert Pahimi Padacké, à la tête du gouvernement de transition, dont les membres seront nommés par Mahamat Idriss Déby, le fils de l’ancien président défunt. Pour de nombreux observateurs, la junte au pouvoir a fait preuve de réalisme.

«J’accepte d’être Premier ministre du Tchad, car l’heure est à l’union sacrée », a déclaré le nouveau chef de gouvernement, dans un entretien exclusif avec RFI dont nous vous proposons l’intégralité :

RFI : Pourquoi avez-vous accepté de devenir Premier ministre ?

Albert Pahimi Padacké : Je l’ai accepté parce que la situation de notre pays exige que tous les Tchadiens se mettent au-dessus de toutes les considérations, pour regarder les défis communs, à savoir, la paix, la stabilité. La situation du Tchad, à la date d’aujourd’hui, se pose en termes d’union sacrée des enfants du pays, afin de sauver notre nation en péril.

Mais vous savez que le régime militaire de transition est très controversé dans votre pays ?

La controverse fait partie des choses. Mais ce qui n’est pas discuté, c’est l’intérêt majeur de notre peuple, son unité, la stabilité et la paix. Vous savez très bien que le Tchad est aujourd’hui un parechoc de lutte contre le terrorisme. Non pas seulement dans l’intérêt du peuple tchadien, mais dans l’intérêt du continent africain. Si cette digue venait à lâcher, vous savez très bien ce que cela représenterait pour le Tchad, son peuple et pour l’Afrique en général.

Donc vous estimez que la situation est exceptionnelle, c’est cela ?

Voilà. C’est une situation exceptionnelle qui ne permet pas qu’il y ait des calculs politiciens.

Vous avez réfléchi, vous avez dit tout de suite oui ?

J’ai réfléchi… J’ai regardé les enjeux qui sont ceux de notre pays, aujourd’hui. Et je me suis dit qu’il y a des moments, dans la vie, où il faut accepter de relever les défis pour l’intérêt de son peuple.

Et qu’est-ce que vous répondez à ceux qui disent que vous êtes la caution civile d’un régime militaire ?

Je préfère être la caution civile de la paix et de la stabilité de notre pays. Il ne faut pas voir les questions en termes segmentaires civils/militaires. La situation qui est la nôtre, aujourd’hui, n’appelle pas ce genre de divisions militaires/civils. Je parle d’union sacrée des enfants du Tchad pour sauver la République et la Nation.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »