Accueil / Pays / Afrique Centrale / « Ce qui s’est passé jeudi au Tchad est une tentative de coup d’État », le Premier ministre 

« Ce qui s’est passé jeudi au Tchad est une tentative de coup d’État », le Premier ministre 

Partagez ceci :

Au Tchad, après une journée meurtrière qui a fait 50 morts et 300 blessés, selon un bilan officiel, un couvre-feu a été décrété par le gouvernement à N’Djamena, Moundou, Doba et Koumra, de 18H à 6H du matin « jusqu’au retour total de l’ordre ».

Alors que des poursuites judiciaires ont été également annoncées, le Premier ministre Saleh Kebzabo fait porter la responsabilité des violences à l’opposition.

« Ce qui s’est passé ce jeudi est une tentative de coup d’État », a déclaré Saleh Kebzabo, au micro de RFI, au cours de la conférence de presse qu’il a donné jeudi en fin de journée.

Devant les journalistes, renseigne la même source, le nouveau Premier ministre de transition du Tchad a affirmé que des manifestants étaient armés, formés à des techniques de guérilla.

Il justifie les tirs à balles réelles en pleine rue. 

C’était une insurrection populaire en vue de s’emparer du pouvoir par la force, c’est ce qu’il s’est passé aujourd’hui et pas autre chose, ce n’était pas une marche pacifique. Les forces de l’ordre doivent respecter certaines consignes, celles de ne pas tirer à balles réelles sur les manifestants. 1 : ce n’était pas des manifestants. 2 : les forces de l’ordre devaient se défendre

Saleh Kebzabo met en cause nommément deux opposants qui se trouvaient toujours jeudi soir à N’Djamena : Succès Masra et Yaya Dillo. Ce dernier est le président du Parti socialiste sans frontières. « Saleh Kebzabo semble ignorer totalement la réalité puisque ce sont les agents habillés en civil qui ont commencé à tirer à mater à balles réelles, y a aucune insurrection comme il le dit, mais c’était un massacre opéré par les services de sécurité qui ont tiré à balles réelles. »

Pour sa part, Succès Masra à la tête du parti Les Transformateurs, appelle les partenaires du Tchad à prendre leurs responsabilités. 

Ce n’est pas faute d’avoir alerté. À la veille de cette marche, nous avons écrit au secrétaire général des Nations Unies, à toutes les chancelleries, à l’Union africaine. On est en train de nous regarder. Est-ce que les vrais amis du Tchad peuvent dire de quel côté ils se trouvent ?




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »