Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : une bonne partie des archives du pays réduite en cendres

Cameroun : une bonne partie des archives du pays réduite en cendres

Partagez ceci :

L’incendie qui s’est déclenchée samedi dernier à l’immeuble siège de la Société de presse et d’éditions du Cameroun (Sopecam) à Yaoundé la capitale camerounaise, a provoqué des pertes énormes de certaines archives du pays.

Un violent incendie a ravagé samedi dernier une partie des locaux de l’immeuble siège de la Société de presse et d’éditions du Cameroun (Sopecam) à Yaoundé la capitale camerounaise.  Selon nos sources au sein de cette société éditrice du quotidien gouvernemental « Cameroon Tribune », le feu serait parti des services des ressources humaines. « Les bureaux touchés contenaient essentiellement du matériel de bureau et des archives. L’incendie a été circonscrit grâce à la prompte intervention des sapeurs-pompiers et des services de sécurité » a expliqué Sopecam non sans souligner que l’origine de l’incendie n’est pas encore déterminée, a-t-on appris d’une première communication de la Sopecam. Des faits confirmés dans  le communiqué officiel de l’entreprise,  lu sur l’antenne radio nationale  de la CRTV ce 8 octobre 2022 « ce regrettable incident dont les causes restent à déterminer a entièrement endommagé un bâtiment annexe en matériaux provisoires réduisant en cendres essentiellement du matériel  de bureau  et des archives, a indiqué, Marie-Claire Nnana la directrice générale de l’entreprise.

Créée il y a 45 ans,  La Société de Presse et d’Éditions du Cameroun  dont l’État est l’unique  actionnaire, a pour objet: « La recherche et la mie à disposition à l’usage de tous les publics, à l’intérieur comme à l’extérieur du Cameroun, par tous les moyens appropriés, en particulier l’édition et l’agence de presse ; l’édition et la publication de tous ouvrages, notamment dans les domaines de la création artistique et littéraire, de la production scientifique et technique; l’impression des documents de toute nature; la diffusion et la distribution, sur tout support, de tous ouvrages et publications; le développement de toutes activités connexes ou complémentaires à son objet social. »

Le défi d’archivage

L’Etat au Cameroun fait face à un défi d’archivage. Selon les responsables du ministère de la culture la plupart des institutions étatiques disposent  des archives, mais celles-ci  sont mal entretenues et laissées à la merci des agents pathogènes (souris etc). Pour rompre avec cet aspect rustique et arrimer les Archives nationales aux normes internationales, les pouvoirs publics ont entrepris la modernisation du service. « Elle passe par la numérisation, l’extension et la construction des locaux de Yaoundé et de Buea en vue d’atteindre le plus grand nombre d’usagers. Et puis, le passage de l’analogique au numérique n’implique pas la destruction du document physique », indique Esther Olembé, directeur des Archives nationales. Une opération qui vise la conservation et la gestion du patrimoine archivistique national.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »