Accueil / A la Une / Décès maternels : L’Afrique subsaharienne bat le record!

Décès maternels : L’Afrique subsaharienne bat le record!

Partagez ceci :

Dans un rapport, l’ONU révèle que l’Afrique subsaharienne est tristement célèbre en cas de décès maternels. Dans cette région, le nombre de décès maternels est 50 fois plus élevé que dans toute autre région du monde. Le document a été rédigé par l’OMS, l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour la population et le Groupe de la Banque mondiale, à l’aide de sources de données basées sur la population, notamment une base de données de l’OMS contenant des informations sur les décès de femmes enregistrés.

Le décès maternel est défini par l’OMS comme le décès d’une femme enceinte dans les 42 jours suivant une interruption de grossesse pour une cause liée à ou aggravée par la grossesse ou sa gestion. Selon le rapport, qui évalue les décès maternels entre 2000 et 2017 dans le monde, bien que le nombre de décès maternels ait diminué de plus d’un tiers dans le monde depuis 2000, d’importantes inégalités subsistent.

 « L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud comptaient pour environ 86% (254.000) des décès maternels mondiaux estimés en 2017, l’Afrique subsaharienne, à elle seule, pour environ 66% (196.000) et l’Asie du Sud pour près de 20% (58 000) », soulignent les auteurs du rapport.

En effet, explique le document, les trois pays où il a été constaté que plus de 1 000 décès pour 100.000 naissances vivantes – considérés comme un taux de mortalité extrêmement élevé – en 2017 se trouvent en Afrique subsaharienne : Tchad, Sierra Leone et Sud-Soudan.

La région subsaharienne comptait également, lors de la période prise en compte par l’étude ,  15 des 16 pays du monde où le taux de mortalité maternelle était très élevé – 500 à 999 décès pour 100.000 naissances vivantes -, Haïti étant le seul pays en dehors de l’Afrique subsaharienne.

Par ailleurs, neuf pays de l’Afrique subsaharienne se classent parmi les dix premiers pays au monde ayant les taux de mortalité les plus élevés en 2017: République centrafricaine, Tchad, Guinée Bissau, Libéria, Mauritanie, Nigéria, Sierra Leone, Somalie et Sud-Soudan. Hors du continent, l’Afghanistan referme la marche.

Le taux de mortalité maternelle est faible dans trois pays seulement : le Cap-Vert, Maurice et les Seychelles.

Chaque pays enregistrerait moins de 70 décès pour 100.000 naissances vivantes, ajoute le rapport.

Un appel a été lancé à la communauté internationale d’aider les pays à agir rapidement pour que les enfants et les femmes « obtiennent les soins dont ils ont besoin, grâce à des systèmes de soins de santé primaires fonctionnels et de qualité ».

Pour rappel, la réduction du nombre de décès maternels dans le monde à moins de 70 pour 100.000 naissances vivantes d’ici à 2030 est la cible 3 des Objectifs de Développement Durable  (ODD)  qui prône une vie saine et la promotion du bien-être pour tous, à tout âge .





Traduction »