Accueil / A la Une / La variole du singe: une maladie d’homos3xuels ?

La variole du singe: une maladie d’homos3xuels ?

Partagez ceci :

Variole du singe. Après la covid-19, c’est l’épidémie qui fait l’objet de débat actuellement. Ce virus, qui serait parti d’Afrique, concerne une proportion inquiétante des personnes gay, bisexuelles ou autres hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, selon l’OMS.

Ce qui a répandu sur les réseaux sociaux et dans l’opinion publique l’idée selon laquelle la variole du singe serait une maladie d’homos3xuels. L’Onusida a rapidement réagi à ces rumeurs en mettant en garde contre les dérapages homophobes et racistes parfois constatés dans les commentaires sur la maladie. Pour l’agence onusienne, ces commentaires pourraient « rapidement miner la lutte contre l’épidémie« .

« Ces stigmates et reproches minent la confiance et la capacité à répondre efficacement à des épidémies comme celle-ci », a déclaré Matthew Kavanagh, directeur adjoint de l’Onusida.

Pour l’Onusida, ce type de rhétorique peut très vite neutraliser les efforts basés sur la science et les faits pour combattre la maladie.

Jamil Bahmani, médecin anesthésiste, invité sur la chaîne de télé française Cnews, s’est voulu formel: « Le risque de contamination entre personnes ayant plusieurs partenaires s3xuels est très élevé. Cela ne signifie pas que la variole du singe est une maladie d’homos3xuels.« .

La variole du singe, cousine moins dangereuse de la variole, éradiquée depuis une quarantaine d’années, se traduit d’abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croûtes, notamment sur le visage.

Il n’existe pas de traitement mais cette infection virale se guérit d’elle-même. Il n’ a donc pas lieu de s’affoler inutilement.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »