Accueil / Africa top success / L’Afrique à elle seule pourrait éradiquer le paludisme

L’Afrique à elle seule pourrait éradiquer le paludisme

Partagez ceci :

Quelque 500 scientifiques de plus de 50 pays du continent africain sont réunis à Kigali jusqu’au 29 septembre dans le cadre de la 8ème conférence annuelle de l’Association panafricaine de lutte anti-vectorielle (Panafrican mosquito control association). L’objectif est de trouver les moyens d’éradiquer le paludisme, cette maladie qui tue en Afrique plus qu’ailleurs.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, un enfant meurt du paludisme toutes les deux minutes et chaque année, plus de 200 millions de nouveaux cas de cette maladie sont notifiés.

Pour Duncan Kobye Athinya, spécialiste des insectes et participant à la 8ème conférence annuelle de l’Association panafricaine de lutte anti-vectorielle interrogé par Rfi, il est devenu urgent de « travailler tous ensemble de sorte que les maladies à transmission vectorielle, parfois appelées les maladies des pauvres, soient réellement éliminées du continent africain ».

Notons que cette huitième conférence annuelle intervient une semaine après le sommet des Nations unies à New York, où le Fonds mondial a mobilisé 14,2 milliards de dollars afin de lutter contre le paludisme mais aussi contre la tuberculose et le sida ; même si l’objectif est de 18 milliards, rappelle la porte-parole de l’ONG Speak Up Africa, Maelle Ba.

« Nos dirigeants en Afrique doivent prioriser cette maladie, on attend plus d’investissement au niveau de l’Afrique dans la lutte contre le paludisme », a-t-elle confié à Rfi.

Cependant, le drame est que les chercheurs africains peinent à mettre en commun leurs connaissances pour venir à bout de cette maladie.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »