Accueil / Pays / Afrique de l’Ouest / Côte d’Ivoire / Libération des 46 autres militaires ivoiriens : ce que le Mali exige !

Libération des 46 autres militaires ivoiriens : ce que le Mali exige !

Partagez ceci :

Trois militaires ivoiriens sur les 49 détenus par le Mali ont pu regagner leur pays ce week-end grâce à la médiation du Togo. Le sort des 46 autres reste pour l’instant inconnu. Selon les informations, Bamako exige des excuses de la part d’Abidjan.

Arrêtés le 10 juillet dernier à Bamako et accusés par les autorités maliennes de transition d’être des « mercenaires », ces 49 militaires devraient normalement être jugés pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État ». Après la libération de trois d’entre eux (des femmes), une solution serait possible pour les 46 autres.

Notons que jusqu’ici, les autorités maliennes de transition n’ont pas officiellement commenté cette libération : aucune déclaration n’a été faite ni de la présidence, ni du gouvernement.

Depuis le début des négociations, Bamako exigeait d’Abidjan de reconnaitre ses « manquements » et de s’engager à respecter les nouvelles procédures mises en place par le Mali et les Nations unies.

Par ailleurs, le Mali exigerait l’extradition de personnalités politiques du Mali réfugiées en Côte d’Ivoire notamment, Karim Keïta, fils de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancien Premier ministre Boubou Cissé, et l’ancien ministre Tiéman Hubert Coulibaly.

Ces conditions difficilement acceptées du côté d’Abidjan pourraient bloquer les négociations pour la libération des 46 autres militaires ivoiriens toujours détenus à Bamako.

Pour sa part, le ministre togolais des Affaires étrangères se veut optimiste et a déclaré samedi dernier que des décisions étaient toujours « en cours pour que, très rapidement, les autres soldats en détention puissent retrouver leur liberté totale ».




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »