Accueil / A la Une / Quitter la CEDEAO, l’autre solution qui s’impose au Mali

Quitter la CEDEAO, l’autre solution qui s’impose au Mali

Partagez ceci :

La décision unilatérale prise par Bamako, le lundi 6 juin 2022, de prolonger la transition pour une durée de deux ans n’a pas été bien accueillie par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest.

Même si les pourparlers sont maintenus, l’institution a dit « regretter » cette décision.

Pour certains observateurs, ce « un décret unilatéral et malheureux » n’est rien d’autre qu’une grosse « erreur » commise à cause de l’« impatience » de Bamako. Et, cette posture pourrait amener certains chefs d’État à poser de nouvelles exigences, voire à refuser « par principe » la décision imposée par Bamako.

Est-ce que la présentation d’un chronogramme précis et crédible pour l’organisation des futures élections saura calmer les esprits du côté de la CEDEAO ?

Le Mali se retrouve dans un dilemme d’où il ne pourra sortir que par deux chemins : effectuer un remaniement gouvernemental pour une ouverture politique ou claquer la porte de la Cédéao. Bamako devra faire un choix.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »