Home / A la Une / Séparatisme: La main tremblante de la Macronie face à l’islam radical

Séparatisme: La main tremblante de la Macronie face à l’islam radical

Partagez ceci :

La Commission des lois de l’Assemblée nationale française démarre ce lundi l’examen du projet de loi sur le séparatisme. Les débats s’annoncent houleux y compris au sein de la majorité présidentielle qui n’arrive plus à cacher ses profondes divisions sur le sujet.

Au total, 51 articles et plus de 1700 amendements sont sur la table de la Commission des lois. C’est dire toute la difficulté à accorder les violons sur l’essence même de ce projet de loi sur le séparatisme, un texte voulu par le président Emmanuel Macron pour lutter contre l’islam radical. En fait, il n’y a pas unanimité au sein de la Macronie sur la question.

Déjà, Aurore Bergé, depute LREM, issue de la droite, a fait sensation après avoir déposé un amendement pour interdire le port du voile par les filles mineures dans l’espace public. Sa proposition n’a pu passer. Au sein de la majorité présidentielle, c’est l’indignation.

L’aile gauche de la majorité, elle, pense que le texte est plutôt répressif. C’est clair, l’examen de ce projet de loi visant à lutter contre l’islam radical rampant en France promet des rixes.

En réalité, les Marcheurs n’hésitent plus à enflammer les débats et exposer au grand jour leurs divisions depuis l’introduction de ce projet de loi qui lui-même souffre d’un déficit de clarification sémantique. “Communautarisme”, “séparatisme”, “texte confortant le respect des principes de la République”, Emmanuel Macron n’a jamais vraiment voulu bien nommer les choses.

Face aux actes terroristes depuis Mohamed Mérah jusqu’à la décapitation de l’enseignant Samuel Paty en passant par Charlie Hebdo, le Bataclan et les terrasses, la décapitation d’un prêtre, l’attentat de Nice – la liste n’est pas exhaustive -, une certaine élite française préfère s’agripper aux débats de forme. Comme s’il en fallait pire que ça pour qu’on appelle enfin un chat un chat!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »