Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : au moins 40 000 déplacées à cause des inondations

Cameroun : au moins 40 000 déplacées à cause des inondations

Partagez ceci :

La région de l’Extrême-Nord du Cameroun fait face à de fortes précipitations, depuis le mois d’août dernier, provoquant des dizaines de milliers de déplacés internes. Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) qui aide les personnes contraintes de fuir a déclaré mardi dernier que « plus de 40 000 personnes ont été forcées de se déplacer après la destruction de leurs biens par les inondations dans la région de l’Extrême-Nord ».

A en croire la communication de l’ONG humanitaire indépendante, « les inondations sont consécutives à la fois aux précipitations abondantes, au débordement des cours d’eau et/ou à la rupture de digues et le débordement des eaux dans plusieurs localités », a indiqué, vendredi, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

Le ministère camerounais de l’Administration Territoriale a annoncé de son coté « une montée significative des eaux des fleuves Logone et Chari, ainsi que des lacs de Maga et Wina est observée ». Selon l’OCHA, « les départements du Mayo-Danay et Logone et Chari riverains des deux fleuves susmentionnés sont particulièrement affectés » et « de nombreuses localités sont envahies par les eaux entraînant l’écroulement des habitations généralement construites en terre, ainsi que la destruction de cultures, la perte de bétail et autres biens ».

Les inondations ont également occasionné la perturbation des services sociaux de base, notamment les écoles, les formations sanitaires et les marchés. Les villes de Yagoua et de Kousseri, chefs-lieux respectifs des deux départements, sont également touchées avec des quartiers complètement envahis par les eaux selon le gouvernement camerounais.

« Les populations sont parfois contraintes d’abandonner leurs maisons pour se regrouper dans des zones plus sûres, souvent dans des conditions très précaires (difficulté d’accès à l’eau potable, insuffisance de latrines, de vivres, etc.) », a indiqué à l’Agence Anadolu, Isseini Darkadré, maire de Kousseri.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »