Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : les prisonniers politiques récusent les magistrats militaires et les membres du collège des juges

Cameroun : les prisonniers politiques récusent les magistrats militaires et les membres du collège des juges

Partagez ceci :

Le collectif des avocats défendeurs a annoncé avoir introduit  une demande de modification de la composition de la cour. Le procès des militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) se tient ce jour. C’est une trentaine de partisans de l’opposant Maurice Kamto qui seront devant la Cour d’appel du Centre à  Yaoundé. Seulement ces militants ont d’ores et déjà récusé les magistrats militaires et les membres du collège des juges.

C’est l’avocat Hyppolite Meli Tiakouang, le coordonnateur des avocats du collectif Sylvain Souop qui défend les détenus du MRC qui l’a annoncé.  « Les avocats des détenus du MRC sollicitent la modification de la composition de la cour, celle-ci étant composée de militaires devant juger des civils, ce qui est contraire au droit international », a publié Me Hyppolite Meli Tiakouang sur son compte Twitter.

Les avocats souhaitent en effet que les magistrats militaires présents dans ce procès soient demis. Une demande qui fait débat auprès des spécialistes du droit. Certains juristes pensent en effet que les juges militaires ont leur place dans la procédure puisque  « Quand une affaire a été jugée par un tribunal militaire, en appel un ou deux juges militaires sont toujours présents »,  explique un avocat.

Les détenus du MRC ont été arrêtés, pour la plupart après les marches interdites de septembre 2020. Jugés et condamnés par le tribunal militaire de Yaoundé, leurs avocats ont toujours contestés la décision.  En avril dernier Maurice Kamto, le président national du MRC ,  s’était montré fier du fait que le jugement en appel des détenus du MRC se fasse dans une juridiction civile. « On sort des casernes militaires », avait fait savoir un des avocats du collectif Sylvain Souop, cité par SBBC.

La demande des avocats sera-t-elle acceptée ?, se demande-t-on au sein de l’opinion.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »