Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : un ancien collaborateur de Paul Biya reconnu non-coupable après 4 ans de prison

Cameroun : un ancien collaborateur de Paul Biya reconnu non-coupable après 4 ans de prison

Partagez ceci :

Détenu depuis 2018 au Cameroun pour une affaire de détournement de fonds publics, l’ancien coordonnateur de la Bonne gouvernance a été libéré ce mardi 4 octobre 2022 à 6 heures du soir.

Il a été libéré dans la nuit et conduit à sa résidence à Yaoundé. Après quatre longues années passées en prison, le Pr Dieudonné Oyono, ancien coordonnateur de la Bonne gouvernance poursuivi pour affaire de détournement d’un montant présumé de 1,8 milliard de F CFA e été libéré. Le Tribunal Criminel Spécial l’a reconnu non coupable et décidé de l’abandon des poursuites engagées contre lui.

Il était inculpé au même titre qu’Abdoul Aziz, l’ex-agent comptable de ladite université d’Eyenga Ottou Louis de Gonzague, régisseur de 03 caisses d’avance et de quatre autres personnes pour les mêmes accusations. Il faut remonter en 2014 pour entrevoir les prémices de cette détention baptisée « DDP ». Les poursuites engagées contre Dieudonné Oyono et ses coaccusés font suite à un audit des comptes du Budget d’Investissement  Public (BIP) de l’Université de Douala, la capitale économique camerounaise.  Un audit qui a mis au goût du jour un vaste réseau de siphonnage des fonds publics dans cette université.

Ce contrôle a accusé le Pr Dieudonné Oyono qui était alors le Recteur de l’université de Douala d’avoir du 3 au 11 mai 2014 ouvert deux caisses d’avance et mis à disposition des fonds respectifs de 450 et 230 millions de francs CFA sans reverser la Taxe sur Valeur Ajoutée (Tva). Selon l’accusation, le recteur n’avait pas qualité pour ouvrir les caisses d’avance, en lieu et place  du ministre des Finances, seule personne habilitée à le faire.

Le deuxième chef d’accusation porte sur le détournement présumé en coaction avec Abdoul Aziz, agent comptable, de la somme de 1.455.millions de francs Cfa. Cette somme représente la subvention allouée par le Ministère de l’Economie et de la Planification et de l’aménagement du Territoire (affectation du BIP) à l’université de Douala et mise à disposition par le Ministre des Finances via la Trésorerie générale de Douala. Interpellé, l’homme autrefois parmi les plus puissants du régime de Paul Biya à Nkong Nnen dans le département de la Mefou Akono, région du Centre sera privé de liberté le 20 mars 2018. Dans des conditions jugées scandaleuses par la défense, il sera dépouillé de sa redingote trois pièces qu’il aimait tant et placé en détention à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé quartier 7. Une situation ubuesque pour ses avocats, qui dénoncent les tares de la justice camerounaise.

Ainsi s’ouvre un horizon ignoble teinté d’humiliation, d’abandon, de rejet et de chagrin pour l’inculpé. Entre-temps sa version des faits sera synonyme d’un silence. Et la procédure évolue à pas comptés. Faut-il compter sur le bon Dieu ? Où alors sur le bon sens ? L’horloge tourne et le droit n’est pas dit. Mais après  plusieurs renvois de l’affaire, l’inculpé s’est enfin exprimé le 9 septembre dernier, clamant reversement de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

En bref, Dieudonné Oyono est professeur de sciences politiques. Après des études aux universités de Yaoundé, de Paris-1 (Panthéon-Sorbonne) et à Sciences-Po Paris, il a enseigné à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (Iric), avant d’être nommé chargé de mission dans les services du Premier ministre, où il a pris une part active à l’élaboration du Programme national de gouvernance. Depuis mai 2001, il assume, sous l’autorité du Premier ministre, les fonctions de coordonnateur national de ce programme. Il est l’auteur de deux ouvrages sur la politique extérieure du Cameroun.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »