Accueil / A la Une / Le sélectionneur de l’équipe d’Algérie demande à Bouteflika d’écouter le peuple

Le sélectionneur de l’équipe d’Algérie demande à Bouteflika d’écouter le peuple

Partagez ceci :

Les manifestations en Algérie pour demander le départ du pouvoir actuel emballent plus d’un. Le sélectionneur de l’équipe d’Algérie de football, Djamel Belmadi, a salué, dimanche, la mobilisation et « l’unité » du peuple algérien.

« Il y a tellement de monde qui sort à l’unisson comme ça, qu’il faut (…) que le peuple soit entendu, qu’il soit écouté, que les revendications soit prises en compte (…) et qu’on fasse en sorte que les choses évoluent et changent. Je pense que tout le monde maintenant l’a compris », dixit Djamel Belmadi dans le cadre de la conférence de presse organisée avant les matches Algérie contre la Gambie et la Tunisie, les 22 et 26 mars.

Le sélectionneur interrogé sur un possible « manque d’engouement » des supporteurs, dans le « contexte particulier » des « manifestions populaires » inédites dont le pays est le théâtre depuis le 22 février, compte sur le patriotisme des Algériens.

 « Je pense que tous les Algériens aiment leur équipe nationale par-dessus tout. Après, si vous voulez savoir clairement (…) ce que je pense (…), je vous réponds clairement. Je suis aujourd’hui très heureux d’une chose, c’est de voir à quel point on est capables de se mobiliser, mais tout en étant bien organisés, disciplinés, et de voir une unité » au sein du peuple ».

Pour ce qui concerne le dernier match des qualifications pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 contre la Gambie le coach le voit sans enjeu. L’Algérie a l’assurance d’être le premier de son groupe. Celui contre la Tunisie est un match amical.

Rappelons que l’Algérie connaît depuis le 22 février un mouvement de contestation contre le président Abdelaziz Bouteflika, du jamais-vu depuis son élection à la tête de l’Etat il y a vingt ans.

Le peuple pour réclamer le départ du chef de l’Etat et de son entourage, ainsi qu’un changement total du « système » en vigueur depuis l’indépendance du pays en 1962, a été, encore, pour le quatrième vendredi consécutif dans la rue.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »