Home / A la Une / Présidentielle au Togo : « ne franchissons pas à nouveau le Rubicon », prévient l’ACMT

Présidentielle au Togo : « ne franchissons pas à nouveau le Rubicon », prévient l’ACMT

Partagez ceci :

Dans moins d’un mois, les Togolais de tout bord se rendront aux urnes pour élire un nouveau président. Redoutée par tous, la date du 22 février 2020 n’augure rien de bon, selon l’Association des Cadres Musulmans au Togo. L’ACMT sonne déjà l’alerte et entend prendre position pour la justice.

DECLARATION N°001/BNC/ACMT/2020 SUR LA SITUATION SOCIOPOLITIQUE DU TOGO

Cri d’alarme: ne franchissons pas à nouveau le Rubicon

Notre pays le Togo se dirige vers de nouvelles échéances électorales, en l’occurrence celle présidentielle. Cet évènement, joyeux dans tous les pays, parce que permettant au peuple de reprendre sa souveraineté et de décider de son futur, est attendu avec des craintes. Craintes liées aux expériences négatives du passé avec leurs lots de morts et de blessés.

Sans jouer à l’oiseau de mauvais augure nous souhaitons alerter pour que nos populations ne vivent plus cet événement comme un cauchemar. Ceci d’autant plus que certaines populations se retrouvent déjà dans l’angoisse de temps à autre à cause d’intervention des forces de l’ordre dans des zones géographiques bien précises dont Sokode, Mango, Bafilo, Zongo à Lomé et à Kpalime…

Ces interventions accompagnées de bastonnades tout azimut n’épargnant personne sont incompréhensibles pour nous.

Qu’un musulman, qu’un Tem ou un quelconque citoyen togolais doivent répondre de ses actes devant la justice ne nous pose aucun problème. Qu’on s’en prenne à des innocents parce qu’un délinquant éventuel est du même quartier, du même village, de la même religion, ou du même parti est contraire aux lois et règles qui régissent notre pays.

Une partie des populations risque de se sentir stigmatisée pour leur appartenance religieuse, ethnique, ou régionale. Le Togo a plutôt besoin de renforcer le vivre ensemble de ses citoyens que de le mettre en péril. L’expérience de certains pays africains l’illustre parfaitement.

Dans une situation aussi complexe que crispée, comment interpeller sans être accusé de parti pris?

Mais, ne rien dire quand des populations innocentes sont bastonnées, obligées de quitter leurs maisons, vivent dans la peur simplement parce qu’elles se trouvent dans une zone géographique donnée du pays, sera interprété comment ? Comme une trahison? Comme une complicité? Comme de la lâcheté?

Nous en appelons à la clairvoyance et au discernement pour que ces abus qui frisent la stigmatisation ne viennent pas remettre en cause notre vivre ensemble.

Que les règles en matière de maintien de l’ordre soient respectées. La punition collective est contraire à ses règles.

Tous les togolais, de l’opposition, du pouvoir, de la société civile, et ceux qui ne sont d’aucun bord doivent aimer notre pays et en faire la priorité dans leurs choix. L’Association des Cadres Musulmans au Togo (ACMT) est convaincue que si cet amour existe en chacun de nous, cela suffit pour éviter le chaos que certains craignent déjà.

Nos prises de positions ne doivent pas nous transformer en ennemis les uns des autres, nous sommes tous Togolais.

Nous voulons humblement appeler les 7 candidats à l’élection présidentielle du 22 février à ne jamais perdre de vue ces considérations si nous voulons que le Togo soit l’or de l’humanité.

Nous appelons les populations togolaises à mûrir leur choix pour l’avenir de notre pays et à l’exercer de façon pacifique, responsable dans le cadre des principes démocratiques que nous partageons.

Nous en appelons à des élections libres et transparentes qui ont le mérite de garantir une absence de crise post-électorale.

Que tous les togolais comprennent que le vrai dernier mot est entre les mains d’Allah, Le Souverain, et nous sommes convaincus qu’Il ne dort jamais.

Dieu veille sur le Togo!

Le Président National

ISSIFOU Abdourafiou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »