Accueil / A la Une / Législatives au Sénégal : le dernier verrou à sauter pour un 3e mandat de Macky Sall ?

Législatives au Sénégal : le dernier verrou à sauter pour un 3e mandat de Macky Sall ?

Partagez ceci :

Macky Sall a tout fait pour pour ne pas tout perdre. De 125, il se retrouve avec 82 députés sur 165 que compose l’Assemblée nationale sénégalaise. Dans le pays de la Teranga, les élections législatives constituent un baromètre de la popularité du président. Pour certains, c’était un référendum pour ou contre un troisième mandat du président actuel. À l’arrivée, pas de majorité absolue au camp présidentiel. 

Le camp présidentiel a perdu la majorité absolue à l’Assemblée nationale mais reste en tête, avec une très courte avance, à l’issue des élections législatives du 31 juillet au Sénégal, selon les résultats officiels provisoires de la Commission nationale de recensement des votes (CNRV) publiés jeudi.

Une situation inédite…

La coalition présidentielle a gagné 82 sièges de députés, tandis que les coalitions d’opposition « Yewwi Askan Wi » et « Wallu Sénégal », ont remporté 56 et 24 sièges, soit 80 au total pour cette alliance.

Trois autres députés sont issus des rangs de trois autres petites coalitions de partis, a déclaré Ciré Ali Ba, président de la CNRV. 

L’opposition sénégalaise a demandé mercredi soir à Dakar la suspension de la publication des résultats des élections législatives, prévue jeudi après-midi, pour examiner ses plaintes à la suite d »irrégularités » et de « fraudes« .

Il faut dire que cette opposition est conduite par deux ténors de la vie politique: Ousmane Sonko, arrivé troisième de la présidentielle de 2019 qui sera peut-être  » Premier ministre  » en cas de coalition avec la famille présidentielle ou « chef de file de l’opposition » parce que sa coalition « Yewwi Askan Wi » (Libérer le Peuple en wolof) a obtenu 56 sièges de députés. 

Le second poids lourd de l’opposition sénégalaise est l’ex-président Abdoulaye Wade, élu député ce jeudi à l’âge de 96 ans, probable  » Président provisoire de l’Assemblée nationale » étant le doyen d’âge. Wade s’est allié, pour les élections, à la coalition « Wallu Sénégal » (Sauver le Sénégal en wolof), qui récupère 24 sièges de députés. Ces deux blocs forment donc 80 sièges de députés au total.

Il faut rappeler que les chiffres définitifs devraient être publiés par le Conseil constitutionnel dans un délai de cinq jours s’il n’y a pas de recours.

Un véritable Carton Rouge 

« La coalition au pouvoir est à bout de souffle. La cherté des denrées, le renchérissement du prix de l’eau, les pratiques autoritaires autour des manifestations suivies de morts expliquent ce vote-sanction contre le président », a souligné l’analyste politique Maurice Soudieck Dione. « La question du 3e mandat a été réglée définitivement par le peuple sénégalais le jour des élections. Avec ce Parlement, Macky Sall n’a plus la possibilité de modifier la Constitution qui n’autorise à renouveler le mandat du président qu’une seule fois », a également rappelé  Ngouda Mboup, constitutionnaliste. 

Les observateurs de la vie politique sénégalaise font remarquer que « pour la première fois depuis l’indépendance en 1960« , la formation au pouvoir devra s’appuyer sur d’autres forces au Parlement pour faire passer ses lois.

Un chapitre inédit de la vie politique et institutionnelle du Sénégal s’ouvre ainsi. 

Les jours à venir nous diront si le pouvoir du Sénégal suivra l’exemple de la France avec le gouvernement Borne s’il ou reviendra à la réalité purement africaine « partage de pouvoir, dialogue, coalition, cohabitation, négociation, égocentrisme  » …




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »