Accueil / A la Une / Les dossiers brulants qui attendent Paul Biya aux Etats Unis

Les dossiers brulants qui attendent Paul Biya aux Etats Unis

Partagez ceci :

Parti à Washington pour prendre part au sommet des dirigeants des États-Unis-Afrique,  qui se tient du 13 au 15 décembre, le chef de l’Etat Camerounais doit également débattre des sujets comme la guerre dans les parties anglophones du Cameroun, et celui de l’aide militaire des Etats unis au Cameroun etc.

Après plusieurs mois passés au Cameroun, Paul  Biya s’est finalement envolé hier en direction des Etats Unis. Le chef de l’Etat camerounais doit prendre part au sommet des dirigeants des États-Unis-Afrique,  qui se tient du 13 au 15 décembre. Selon les experts, cette rencontre qui a drainé près de 49 chefs d’Etat  africains, vise le renforcement des liens économiques, diplomatiques, culturelles etc.

En marge des travaux, Paul Biya doit aussi rencontre la classe politique américaine pour débattre de certains sujets comme la guerre qui secoue les deux regions anglophones du Cameroun depuis 2016. Paul Biya devrait sans doute plaider auprès de Joe Biden, pour que la justice américaine engage des poursuites contre certains leaders séparatistes anglophones vivant aux Etats unis, dans un contexte où la diplomatie camerounaise vient d’obtenir de la justice américaine, l’inculpation de quatre Américains d’origine camerounaise, impliqués dans le financement de la sécession dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, et l’exportation illégale d’armes vers le Cameroun.

Le président camerounais devrait aussi négocier le levée de certaines sanctions prises à l’encontre du Cameroun par l’administration américaine ont un lien direct avec ce conflit. Notamment, la suspension en 2018, d’un programme de formation destiné à certains corps d’élite de l’armée nationale et l’annulation de la livraison au pays de quatre bateaux de patrouille. Et outre Biya devrait plaider pour la levée de la réduction de l’aide militaire apportée par l’administration  des Etats Unis au Cameroun.  Des décisions qui avaient été prises en raison  des allégations de violations des droits de l’homme impliquant des éléments des forces de défense et de sécurité camerounaises dans la guerre contre des groupes sécessionnistes anglophones. Et le rétablissement du Cameroun dans le système commercial préférentiel accordé par les États-Unis aux pays africains, dans le cadre de l’African Growth and Opportunity Act (Agoa). C’est depuis le 1 er novembre 2019, que le Cameroun avait été exclu du système commercial préférentiel accordé par les États-Unis aux pays africains, dans le cadre de l’African Growth and Opportunity Act (Agoa) par Donald Trump. Paul Biya ne devrait pas manquer de renégocier la réintégration du Cameroun dans ce dispositif qui avait permis au pays d’exporter en franchise de douane pour 1,6 milliard de dollars vers le marché américain entre 2001 et 2018.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »