Home / Africa top success / Sélection algérienne: 29 mois après le Seychelles, Belmadi gagne en déplacement

Sélection algérienne: 29 mois après le Seychelles, Belmadi gagne en déplacement

Partagez ceci :

Comme annoncé déjà sans ces mêmes colonnes, la sélection algérienne, bien conduite par le coach, Djamel Belmadi a atomisé le Togo au stade de Lomé, et ce dans une rencontre entrant dans le cadre du déroulement de la 5è journée des éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations. Un score large de 4 à 1 a ponctué les débats entre les « Fennecs » et les « Eperviers ».

Ce succès ô combien précieux, non seulement aura permis à la sélection algérienne de prendre les trois points et d’arracher son billet pour la phase finale de la CAN-2019, qui aura lieu du 15 Juin au 13 Juillet 2019 au Cameroun, mais aussi, aura également crée une ambiance et une joie des grands jours du côté des algériens et algériennes, qui se disent fiers (es) de leur sélection.

Même si les algériens ne sont pas sortis dans les rues et ruelles de l’Algérie profonde, n’en demeure pas moins que la joie y’est dans la mesure où beaucoup attendaient cette qualification à la prochaine coupe d’Afrique des nations, qui aura lieu dans sept mois (Mois de Juin 2019).

Il faut dire aussi que ce succès acquis en terre togolaise est venu mettre fin à deux ans de disette en Afrique. En effet, la dernière victoire acquise par les « Vert » en dehors de leurs bases fut celle de Juin 2016 face aux Seychelles. C’était en effet le 02 Juin 2016, où les algériens ont ramené une victoire du stade « Linité » au Seychelles, avec un 1er but de Yacine Benzia à la 41’ et une 2è réalisation de El-Hillal Larbi Soudani à la 62’.

Sur un autre registre, il faudrait remonter à Janvier 2001 face à la Namibie pour trouver la trace d’un match avec 3 buts inscrits en première période. C’était durant les éliminatoires de la coupe du monde 2002, où la sélection algérienne était revenue du stade de l’indépendance de la ville de Windhoek. Les buts des algériens dans ledit match étaient l’œuvre de Settara à la 32’, Ouahid à la 34’ et 37’ et enfin El-Aouni à la 72’.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »